Chroniques

Les EP à LP de mai 2021

Barrasso — Barrasso

Quatre nouvelles chansons du groupe Barrasso, qui continue son épopée francophone dans les sonorités à la Hot Snakes. On y retrouve de très bonnes pièces comme le morceau Contre la montre qui frappe dans le mille avec sa mélodie efficace et son riff efficace. Les textes sont bien tournés chez Barrasso et l’ensemble est fait avec goût. Un groupe qui amène une couleur différente à notre scène rock québécoise. Seul petit bémol, la qualité de l’enregistrement est un peu inconstante sur l’album et c’est dommage parce que ça ne rend pas justice aux chansons.

Tire le coyote et Jeannot Bournival — Le temps des autres

Jeannot Bournival et Tire le coyote cherchaient un projet commun depuis quelque temps selon ce qu’ils en disent. Voilà qu’ils ont trouvé : un EP de reprises de certaines des plus belles chansons québécoises qu’ils interprètent avec un minimalisme bien intéressant. La légende du cheval blanc de Claude Léveillée, La tête en gigue de Jim et Bertrand, Boom Boom de Richard DesjardinsLa vie d’factrie de Clémence Desrochers, Pour l’amour qu’il nous reste de Francine Raymond et Les oiseaux faussent aussi d’Avec pas d’casque reçoivent le traitement de la paire. Ça fonctionne bien d’un bout à l’autre et ça incite au recueillement et au calme.

MoKa — Première danse

Le duo MoKa qu’on avait rencontré lors des Francouvertes 2020 nous présente maintenant leur premier EP. On retrouve leur pop infusée de rythmes latins et de musique des Caraïbes. Les trames chaudes misent sur de bonnes mélodies vocales et quelques cuivres qui viennent chatouiller les oreilles. Ceux qui suivent le groupe depuis leurs débuts y retrouveront des titres qu’ils connaissent déjà comme Aquarelle et Première danse qui sont parues au cours de la dernière année et demie. Vous y trouverez aussi leur morceau funky Flamme paru un peu plus tôt en mai!

Lucinda Chua — Antidotes 2

Lucinda Chua nous présente son deuxième EP de R&B lo-fi alternatif. On y retrouve encore une fois des chansons ensorcelantes où sa voix habitée charme avec son authenticité. On retrouve sur Antidotes 2 des pièces sensibles, presque fragiles, qui rappellent parfois des projets comme Hundred Waters ou Ruiner. C’est du très beau pour les oreilles. L’enregistrement, qui ne laisse passer aucun son, nous offre une proximité presque gênante. Comme si nous étions dans son intimité, particulièrement sur Before. Une jeune autrice-compositrice-interprète à suivre!

Vincent Roy — AMELIA

Vincent Roy lance un premier EP de pièces électro-pop aériennes. AMELIA est un hommage à son Rimouski natif ainsi qu’une lettre d’amour à son entourage et sa famille qui a été à ses côtés dans les 5 dernières années alors qu’il complétait notamment une formation de comédien au Conservatoire d’art dramatique de Québec. On y retrouve des trames inventives qui intègrent des sonorités inusitées pour colorer ses trames aux synthétiseurs. C’est généralement assez vaporeux, aérien et l’EP coule bien d’un bout à l’autre.

Pages 1 | 2