Chroniques

Entrevue | Mathieu Bérubé : l’envie de la rencontre avec le public

Au cours des prochaines semaines, le Quatuor Cobalt offrira une série de concerts où il se frottera à des artistes de tous horizons. Le 18 mars, ce sera la chanson qui sera à l’honneur avec Moran qui a invité Mathieu Bérubé et Mara Tremblay à le rejoindre. Je me suis dit qu’une entrevue pour parler de la sortie de l’album Coucou et cette rencontre prochaine avec le public était de mise.

Mathieu Bérubé est tout sourire à travers mon écran d’ordinateur. Une bibliothèque bien garnie lui sert de décor. Ça fait maintenant un peu plus de trois mois que l’album COUCOU est paru. Il a été bien accueilli par la critique, mais pas seulement celle au Québec. En France aussi l’album a circulé notamment sur les ondes de FIP radio et Telerama. « Je pense que c’est mon disque qui a eu le plus de rayonnement de mes trois. Surtout en France, où j’ai eu des opportunités qui m’ont fait du bien. »

Cette percée lui donne notamment la possibilité d’imaginer une tournée française pour « aller serrer des mains et rencontrer les gens ». Parce qu’en musique, pour construire sur le long terme, il faut bien rencontrer les acteurs du milieu qui peuvent aider à mettre sur pied différentes initiatives. C’est certainement dans les plans de Mathieu Bérubé dans l’avenir.

L’absence de contact

Par contre, lancer un album en pandémie comporte son lot de frustrations pour les artistes. Mathieu Bérubé a beau se réjouir de l’accueil, il lui manque l’aspect humain pour rendre le tout concret. « Sans le contact avec le public — mon lancement a été annulé, j’avais quelques shows en Abitibi qui ont sauté — le contact qui rend ça vrai, qui n’est pas seulement des courriels, il me manque. Ça va bien, mais je le sens drôlement. »

C’est peut-être ce qui le réjouit le plus de retrouver sur scène le Quatuor Cobalt, Moran et Mara Tremblay. Il a pu faire quelques spectacles en décembre pour la première fois en trois ans. Au moment de la sortie de Roman-savon, Mathieu Bérubé avait déjà quitté la grande ville pour aller s’établir à Natashquan en tant qu’animateur de la radio francophone. Lorsqu’il est revenu en ville, et que l’envie de remettre le pied sur scène le prenait, la pandémie est venue ralentir ses projets.

Une grande fête sur scène

Le Quatuor Cobalt avait envie de faire quelque chose de différent et célébrer la diversité qui règne au sein du groupe Ad Litteram. La maison de disque montréalaise a fait l’acquisition d’ATMA Classique, un gros morceau dans le milieu de la musique classique. Cela fait en sorte que des artistes de tous horizons musicaux, mais aussi culturels se rencontrent. C’est le cas ici alors que le quatuor à cordes plonge dans le monde la chanson avec Mathieu Bérubé, Moran et Mara Tremblay.

« Je n’ai jamais joué avec un quatuor à cordes, c’est excitant d’être si bien accompagné. » Mathieu Bérubé pourra faire connaissance aussi avec Mara Tremblay qu’il n’a jamais rencontré, contrairement à Moran qu’il connaît déjà depuis quelques années. C’est donc avec un grand sourire qu’il me parle de cette idée de partager la scène avec les deux auteurs-compositeurs-interprètes. De plus, c’est flatteur puisque c’est Moran qui a invité les deux autres musiciens à se joindre à lui.

Pour assister au concert, vous pouvez vous procurer vos billets ici!

*Cet article a été rédigé en collaboration avec Ad Litteram.

Crédit photo: Ad Litteram