Critiques

Mathieu Bérubé

Roman-savon

  • Indépendant
  • 2019
  • 46 minutes
7,5

Il y trois ans, Mathieu Bérubé avait présenté un premier album, Saudade. Celui-ci était rempli de textes intéressants, mais avec un ton un peu trop monotone dans son ensemble. Voici qu’il a tiré des leçons de sa première aventure et se présente à nous avec un Roman-savon où ça brasse, ça frictionne, ça autodérisionne et surtout, ça frappe à coup de mélodies efficaces.

Pour ce deuxième album, Mathieu Bérubé a demandé à Antoine Corriveau d’embarquer avec lui dans l’aventure et ça lui sourit. La réalisation est efficace et les arrangements sont sublimes d’un bout à l’autre de Roman-savon. Ceux-ci ne viennent pas masquer les mots bien tissés de Bérubé, mais les font vivres dans un environnement riche et pertinent.

On a rarement entendu Mathieu Bérubé aussi groovy que sur Elle et moi. La chanson est une ritournelle franchement réussie où les guitares nineties se mêlent à des cuivres dynamiques et des cordes qui valsent entre le langoureux et le strident. Ulrica qui ouvre l’album par un saxophone qui nous parle avec un peu de blues dans le nez met la table pour les 11 pièces qui suivront.

Mathieu Bérubé en remet avec La soudure et son riff de guitare qui accroche l’oreille. Son texte fignolé intelligemment qui témoigne d’un amour qui balance, incapable de se lancer pour de bon touche avec ses images poétiques émotives.

dépression au-dessus du jardin

j’ai l’impression que c’est la fin

je me sens soudain tellement lointain

tu t’es égaré en chemin

tu essaies de me faire croire en vain

que l’amour reviendra l’été prochain

Dépression au-dessus du jardin

Dépression au-dessus du jardin est la seule pièce de ce nouvel album que Bérubé n’a pas écrite. Il s’agit d’une reprise de Serge Gainsbourg qui s’était lui-même inspiré de l’étude No.9 de l’opus 10 de Chopin. Mathieu Bérubé l’adapte ici avec des sons de saxophones et des synthétiseurs bien à propos.

je trouverai la faille dans tes remparts

j’ouvrirai la bouche de mes canons

tes décombres seront ce qu’ils sont

j’apprendrai ta langue par tous les noms

je pars au fond de tes méandres

s’il ne reste qu’à me méprendre

je méprends de toi

Chanson à répondre

Chanson à répondre frappe aussi dans le mile avec son texte d’une beauté frappante. Le tout est livré avec un certain entrain qui nous empêche de sombrer dans la déprime totale.

C’est hyper réussi pour Mathieu Bérubé qui livre ici un deuxième album d’une solidité surprenante. Ce qui sur Saudade laissait un peu à désirer a été changé au profit d’un peu plus de variété dans les rythmes et les trames. Par contre, sa qualité de parolier, elle, n’a jamais souffert de ces petits changements. Le résultat est tout à fait satisfaisant pour les oreilles.