Actualités

Les albums à surveiller en février 2019

Dead Obies — DEAD. (15 février)

Il y a bien des choses qui ont changé depuis la sortie de Gesamtkunstwerk en 2016 pour Dead Obies. Yes Mccan a décidé de quitter la formation en 2018 pour se concentrer sur sa carrière de comédien et ses projets solos. N’attendez-vous pas à ce que ça freine les ardeurs des 5 autres membres. DEAD. montre que la bande est en toujours très en forme et continue de voir ses sonorités et son rap évoluer.

Voyou — Les bruits de la ville (15 février)

Voyou est un bel ovni dans la pop française. Sur des trames électro-pop le jeune auteur-compositeur-interprète couche des mots qui abordent des thèmes moins traditionnels. Le tout avec des mélodies ultra-fortes. Il avait déjà prouvé de quel bois il se chauffait sur l’excellent EP On s’emmène avec toi paru en janvier 2018. Maintenant, il arrive avec un premier record qui risque de frapper fort, si on se fie à la chanson-titre de l’album sur laquelle Yelle vient le rejoindre. À ne pas manquer.

Barrdo — L’éternel retour (22 février)

Barrdo, le projet de Pierre Alexandre (Fuudge), s’en vient avec un nouvel album qui jure avec le premier. Un changement de son s’est effectué et il est plus accessible que jamais. On retrouve les bonnes mélodies de guitares et de basses auxquelles il nous a habitués dans ses groupes précédents comme Lac Estion. Juste avant, le premier simple, frappe dans le mile avec son rythme entraînant et son air efficace.

Dominique Fils-Aimé — Stay Tuned! (22 février)

C’est l’un des secrets les mieux gardés de Montréal. Dominique Fils-Aimé a une solide voix. Et elle l’utilise à bon escient à créer une soul mélodieuse aux textes pertinents remplis d’émotions bien charnues. Stay Tuned! est son deuxième album en autant d’années. Si vous avez un petit faible pour Moses Sumney, vous allez adorer la jeune femme.

 

Emilie Kahn — Outro (22 février)

Anciennement connue sous le pseudonyme Emilie & Ogden, la jeune Montréalaise est de retour sous on nom pour un album qui prend une direction un peu différente. On y retrouve bien sûr sa harpe caractéristique, mais entourée de son synthétique, de grosse basse et de plus de rythme que sur la dernière offrande. Une chose est constante par contre, sa voix magnifique, qui claironne dans les aigües sans jamais agresser les oreilles.

 

Pages 1 | 2

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.