Actualités

10 choix de prestations pour le Pitchfork Festival de Chicago

AVERTISSEMENT : Le présent top 10 n’est pas un horaire de festival réalisable. Je suis conscient que je n’ai pas le don d’ubiquité. Je tenterai au meilleur de mes capacités de voir tous ces artistes. Si le cœur vous en dit, je prends les suggestions en commentaires pour rendre mon horaire du Pitchfork Festival 2018 encore plus impossible à réaliser.

 

Fleet Foxes

Des barbes, de la flanelle et des harmonies vocales, mon samedi soir se terminera à la scène verte avec l’envolée de renards de Seattle. Au-delà des stéréotypes de bûcherons ménestrels, leur dernier album est parsemé de subtilités électroniques. Leur identité acoustique se complexifie avec le temps et c’est bon augure pour le futur. Très hâte d’entonner en cœur (en faussant dans mon cas) Blue Ridge Moutains à la scène verte le samedi.

 

Chaka Khan

Le statut de légende n’est pas à octroyer à légère, cependant la « Queen of Funk » le mérite amplement. Une carrière prolifique avec son groupe Rufus, des collaborations avec Prince, Stevie Wonder, Ray Charles et Mary J. Blige et plusieurs Grammy, sur papier Chaka Khan est une femme d’exception. Ce sera un dimanche soir où le boogie de cette native de Chicago électrisera tous les spectateurs.

 

Devontés Hynes a.k.a Blood Orange

Un des artistes les plus créatifs de la nouvelle vague R’n’B britannique à mon humble avis. Si Solange Knowles, Florence + The machine et FKA Twigs (pour ne nommer que celles-là) ont travaillées avec lui, il devrait offrir toute qu’une prestation. Sa voix de métamorphose d’un projet à l’autre, mais la sensualité reste toujours aussi fébrile. Une voix androgyne envoûtante qui lancera bien les festivités du vendredi.

 

Alex Cameron

Sortie tout droit d’une compilation des plus grands succès pop-rock des années 1980 l’Australien Alex Cameron attire l’attention par sa voix grave un peu râpée. Il pourrait faire penser à un Bruce Springsteen à l’esprit déviant. Ses textes révèlent des personnages aux émotions saturés comme la batterie et les claviers synthétiques qui les mettent en musique. Il y aura une soirée dansante passionnelle le dimanche sur la scène bleue. Âmes hypersensibles il vaudrait mieux éviter le spectacle, vous pourriez tomber en amour ou vous battre au couteau en camisole, possiblement avec la même personne.

 

Open Mike Eagle

L’atome libre au flow polyvalent. Une force tranquille du rap alternatif aux États-Unis. Le natif de Chicago fait dans le « art rap », a fait plusieurs collaborations avec Kool A.D. de Das Racist et mentionne They Might Be Giants comme l’un de ses groupes favoris. Parions que son style atypique attirera beaucoup d’oreilles curieuses à la scène rouge.

 

Pages 1 | 2

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.