The Men - Tomorrow's Hits - Le Canal Auditif

The Men – Tomorrow’s Hits

*2-the-men-tomorrows-hits-(pre-order-w-ltd-ed-7)-256px-256pxLa productive formation américaine nommée The Men (résidente de Brooklyn, New York) y va aujourd’hui même d’une cinquième offrande titrée Tomorrow’s Hits. Après un commencement canon (Immaculada et Leave Home), flirtant allègrement avec le noise punk, le désormais quintette a évolué lentement, mais sûrement, vers une approche musicale évoquant le rock classique états-unien à la Replacements, Neil Young & Crazy Horse ainsi que Tom Petty & The Heartbreakers. Si Open Your Heart (paru en 2012) maintenait un certain son punkisant, on doit reconnaître que New Moon (paru l’an dernier) délaissait de manière plus accentuée l’esthétique noise punk des premiers rejetons.

Cette fois-ci, il n’y a plus aucun doute, The Men n’est plus un authentique groupe punk, car ce qui perdure, au niveau des éléments musicaux noisy des débuts, est franchement positionné en arrière-plan dans la mixture sonore prodiguée sur ce Tomorrow’s Hits. Ceci dit, on n’y perçoit pas de crime de lèse-majesté, puisque les chansons présentées sur cette conception sont encore une fois tout à fait adéquates.

En premier lieu, on note une réalisation plus lustrée, même si les ritournelles furent colligées en deux petites journées au Strange Weather Studio de Brooklyn. Ce son, un tantinet satiné, ne vient en aucun temps contrecarrer l’énergie et l’urgence exprimées par la formation… et c’est ce qu’on affectionne particulièrement chez The Men; ce petit côté hyperactif, nerveux et fougueux.

Au programme de ce Tomorrow’s Hits, on retrouve un groupe qui s’est totalement immergé dans l’esthétique sonore du rock classique américain, et ce, au risque de s’aliéner un bon nombre de leurs fanatiques punks. Ainsi, The Men nous offre des mélodies à la Big Star, des salves de cuivres remémorant le Springsteen survolté des seventies, quelques moments country rock incluant harmonica et piano ainsi qu’un rock’n roll pas piqué des vers, évoquant un Spiritualized sur les amphétamines, titré Pearly Gates; morceau phare de ce disque.

En plus de ce brûlot, nos jeunes hommes proposent un infaillible rock cuivré intitulé Another Night, un Get What You Give évoquant habilement les Replacements et une vitaminée/pianistique titrée Going Down. En contrepartie, on relève la faiblesse mélodique des Sleepless et Settle Me Down; deux pièces quelconques à tempo moyen qui manquent cruellement d’impact.

Bien entendu, voilà une élaboration sonore qui sera honnie par la plupart de ceux qui adoraient The Men en format bruyant et dissonant. En ce qui nous concerne, sans atteindre les standards créatifs d’Open Your Heart, voilà un Tomorrow’s Hits fort comestible. Au risque de nous répéter, on a le plus grand des respects pour The Men. Pourquoi? Parce que ce groupe rock ne fait qu’à sa tête, sans tenir compte de la répudiation qu’il pourrait subir… particulièrement de la part des fervents de la première heure. Du travail satisfaisant!

Ma note : 7/10

The Men
Tomorrow’s Hits
Sacred Bones Records
37 minutes

sacredbonesrecords.com/releases/sbr107/

Exprimez-vous!

*