Public Service Broadcasting Archives - Le Canal Auditif

Deuxième vague de noms pour POP Montréal

On se rapproche tranquillement de la mi-août, moment fatidique de l’annonce de la programmation complète de POP Montréal. Déjà, les premiers noms nous promettaient quelques spectacles intéressants. Voici que cette deuxième vague pique notre curiosité encore un peu plus qu’elle ne l’était déjà. Préparez-vous à vous gâter les oreilles.

Quelques grosses pointures

Parmi les artistes qui surfent sur cette deuxième vague, on note Public Service Broadcasting qui vient tout juste de lancer son nouvel album Every Valley. La parolière extraordinaire Juana Molina sera aussi d’office à la Fédération ukrainienne le jeudi 14 septembre. Autre artiste qu’on surveille depuis la sortie de son excellent EP Puff, Bernice, sera à la Sala Rossa le même soir. Le groupe canadien Royal Canoe partagera la scène avec Little Scream et Lydia Képinski alors que Lunice animera le party de l’année de POP Montréal.


 
 

Des noms intéressants qui sont sur notre radar

Naomi Punk avait fait paraître l’intéressant Television Man en 2014. La bande sera de passage à Montréal dans le cadre de POP environ un mois après la sortie de leur nouvel album Yellow. Teen Daze sera pour sa part d’office au Ritz P.D.B. le vendredi 15 septembre. Autre spectacle qui s’annonce haut en couleur, Saxsyndrum, Fleece et Nancy Pants partageront la scène à l’Esco, le 16 septembre. Ce même soir, Serpenwithfeet sera en ville avec Moor Mother, Yves Tumor et Michele Nox. Un de nos groupes locaux les plus intenses, Duchess Says partagera la scène avec New Fries et Ellemetue au Ritz P.D.B., toujours le samedi 16 septembre.

Cette deuxième vague d’annonce commence à compliquer les choix de spectacles pour le mélomane. Imaginez quand la dernière portion d’artistes sera annoncée à la mi-août! En attendant, il y a déjà des spectacles à mettre à l’agenda.

https://popmontreal.com/fr/

Critique: Public Service Broadcasting – Every Valley

Après avoir consacré leur deuxième album à la conquête de l’espace, les intellos britanniques de Public Service Broadcasting ont choisi de plonger dans les profondeurs des mines de charbon sur leur nouvel opus, Every Valley. Un thème intrigant qui donne un disque étonnamment enjoué, alors qu’il raconte le déclin d’une industrie qui a confiné des milliers d’ouvriers au chômage depuis près de 40 ans.

Avec leur look de travailleurs de bureau et leur intérêt pour l’histoire et les archives du passé, les trois membres de Public Service Broadcasting n’ont absolument rien du prototype de la rock star. Installés dans le sud de Londres, leur réalité n’a rien à voir non plus avec celle des communautés qui ont subi de plein fouet la lente agonie de ce secteur d’activité, jadis le plus important de l’économie britannique avec plus d’un-million de travailleurs. Mais soucieux de s’immerger dans leur sujet, ils se sont installés dans une petite ville industrielle du pays de Galles pour enregistrer Every Valley, transformant un ancien local de réunion syndicale en studio.

De la même manière que le précédent, The Race for Space, qui faisait amplement usage d’archives sonores documentant la course entre les États-Unis et l’U.R.S.S. pour la conquête de l’espace de la fin des années 50 jusqu’au début des années 70, Every Valley recourt à de nombreux extraits audio pour décrire la montée et le déclin de l’industrie du charbon en Grande-Bretagne. L’album s’ouvre d’ailleurs avec la voix de l’acteur Richard Burton qui, dans une entrevue en 1980, parlait de son admiration pour les travailleurs du charbon, qu’il appelait « les rois du monde souterrain ». La musique se veut grandiloquente, avec une orchestration somptueuse, comme pour rappeler que cette industrie a déjà été remplie de belles promesses…

Certains moments font également sourire. La troisième plage, People Will Always Need Coal, fait entendre un extrait d’une vieille publicité télévisée qui vantait les avantages de devenir travailleur du charbon : « Come on, be a miner! There’s money and security! » Mais c’est sur le titre Progress que l’album prend véritablement son envol, avec une rythmique pop et la voix de la chanteuse Tracyanne Campbell, du groupe Camera Obscura, le tout enrobé d’effets de vocodeur et d’une ligne de basse qui rappellent l’instrumentation de la troupe allemande Kraftwerk.

La première moitié du disque surprend un peu avec des pièces au ton optimiste et des rythmiques dansantes. Sans doute J. Willgoose, Esq. et ses comparses ont-ils voulu illustrer l’âge d’or de l’industrie du charbon, des années 1700 jusqu’au milieu du 20e siècle. Le ciel s’obscurcit avec la très lourde All Out, qui évoque les grèves de 1984-1985 pour protester contre la décision du gouvernement Thatcher de fermer des dizaines de mines. Ici, la colère des travailleurs est illustrée par des guitares abrasives qui renvoient aux titres les plus musclés du répertoire de Mogwai.

La seconde partie se veut un peu plus évocatrice et n’atteint pas la puissance de la première, malgré la présence de chanteurs invités comme James Dean Bradfield, des Manic Street Preachers. Certains titres nous transportent, comme la superbe They Gave Me a Lamp et son instrumentation riche de cordes et de cuivres, mais d’autres sombrent dans la musique d’ambiance, comme la fade You + Me.

Malgré quelques titres plus faibles, Every Valley reste un exercice de style intéressant, et qui a le mérite d’aborder un sujet vraiment pas évident à transposer en musique. À voir le 16 septembre au Belmont dans le cadre de Pop Montréal

MA NOTE: 7/10

Public Service Broadcasting
Every Valley
PIAS Recordings
45 minutes

https://www.publicservicebroadcasting.net/

10 albums à surveiller en juillet 2017

Broken Social Scene – Hug of Thunder (7 juillet)

Broken Social Scene, ce super-groupe de la scène indé canadienne, est de retour en action collective. Hug of Thunder est le premier album depuis Forgiveness Rock Record en 2010. Pas moins de 17 musiciens différents ont joué sur le nouvel opus. Parmi ceux-ci, on compte Emily Haines et Jimmy Shaw de Metric, Amy Millan et Evan Cranley de Stars, Charles Spearin et Ohad Benchetrit de Do Make Say Think ainsi que Leslie Feist.


 

Melvins – A Walk With Love & Death (7 juillet)

Les Melvins sont réguliers comme l’horloge. L’an dernier, le trio nous avait gracié de Basses Loaded. Voici que Buzz Osborne, Dale Crover et Steve McDonald sont de retour avec un album double. On y retrouve des pièces chantées par Osborne et McDonald. On peut s’attendre certainement à une épopée rock peu ordinaire comme à d’habitude.


 

Public Service Broadcasting – Every Valley (7 juillet)

Le duo anglais de J. Willgoose Esq. et Wrigglesworth revient après le succès de The Race for Space avec Every Valley. Celui-ci est un album-concept qui se penche sur l’histoire contemporaine et l’on y aborde le thème de l’automatisation, de la robotisation, de l’idée de progrès et des changements que cela implique pour les relations interpersonnelles. Pour l’enregistrement, le groupe s’est enfermé dans une ancienne usine d’acier et a travaillé avec des musiciens celtiques : James Dean Bradfield, Lisa Jen Brown et Tracyanne Campbell ainsi que le groupe anglais Haiku Salut.


 

Dasher – Sodium (14 juillet)

Dasher est un groupe dans lequel c’est le batteur qui chante. Oui, et ça ne l’empêche absolument pas de piocher sur un moyen temps. Kylee Kimbrough amène une approche intéressante avec des compositions qui partent d’abord des tambours et de la mélodie vocale. On y retrouve des influences de hardcore telles que The Blood Brothers. C’est criard, bruyant et tout de même assez mélodieux pour retenir l’oreille. Sodium est le premier album du groupe et on croit qu’ils seront à surveiller.


 

Laibach – Also Sprach Zarathustra (14 juillet)

Le groupe slovène d’électro-industriel Laibach lancera à la mi-juillet son 9e album. On peut s’attendre encore une fois à de la qualité et de la musique avec une bonne dose de marginalité et de sonorités riches. Les chansons ont été composées pour une production théâtrale parisienne inspirée du roman philosophique de Friedrich Nietzsche qui porte le même nom. Attendez-vous à une œuvre colossale et dérangeante.


 

Pages : 1 2

Les 3 étoiles du 7 avril 2017

Kendrick Lamar – HUMBLE.

Ça commence de plus en plus à sentir le nouvel album pour Kendrick Lamar, qui sera au Festival d’Été de Québec. HUMBLE. est une charge à fond de train contre ceux qui ose user d’arrogance devant lui. Ça lui donne des petits airs de parrain de la mafia et il faut le dire, le refrain est non seulement hyper mélodieux, il est simple et efficace. En plus de faire une attaque contre la culture du photoshop et de l’apparat… c’est pas mal intéressant.


 

Mount Kimbie – We Go HomeTogether ft. James Blake

Le duo Mount Kimbie n’avait pas fait paraître de nouveau matériel depuis un bon bout de temps. Ils reviennent en force en annonçant une tournée nord-américaine qui s’arrêtera à Montréal le 15 juin au Théâtre Fairmount en plus de faire paraître un nouveau simple qui compte sur l’apport de James Blake. La chanson est un petit peu à côté de la track et possède beaucoup de soul.


 

Public Service Broadcasting – Progress

Si vous cherchiez une belle petite chanson d’indie-rock efficace, Public Service Broadcasting vient de vous livrer quelque chose d’assez incroyable. Des échantillons entrecoupent les refrains très simples chantés par Tracyanne Campbell de Camera Obscura. C’est tout à fait magnifique et les refrains nous transportent par leur légèreté et leur mélodie intoxicante.