Royal Blood - Royal Blood - Le Canal Auditif

Royal Blood – Royal Blood

RB_PreOrderPackDepuis quelques mois, Royal Blood fait sérieusement jaser en Angleterre. Les premiers commérages sont survenus quand Matt Helders, batteur d’Arctic Monkeys, portait un chandail d’eux lors du festival Glastonbury en 2013. Les bruits se sont accrus tout au long de l’année lorsque le groupe a fait paraître un maxi en mars 2014 sur lequel on retrouvait trois pièces qui aujourd’hui apparaissent sur ce premier album. Mais qui sont ces Royal Blood?

C’est un duo qui regroupe Matt Kerr à la basse et à la voix ainsi que Ben Thatcher à la batterie. Pour enregistrer ce Royal Blood, les deux Anglais ont pris une avenue qui ressemble plus à Indian Handcrafts qu’aux Black Keys. Ce qu’on entend, à part quelques tambourinages ici et là, est une basse et une batterie. C’est tout. Ce que Kerr peut faire avec son instrument est impressionnant. Il sait en faire une force mélodique et déjouer la vocation rythmique première de l’instrument comme il le montre habilement sur Figure It Out.

De son côté Thatcher, démontre aussi tout son talent en envoyant des partitions rythmiques intéressantes et lourdes. On peut apprécier le meilleur du jeune anglais sur Out Of The Black. Il passe de coups syncopés à un rythme disco-punk avec l’aisance d’une anguille dans un récif. Royal Blood nous envoie plusieurs pièces de qualités par la tronche. Ten Ton Skeleton et la lourde Little Monster feront passer de beaux moments auditifs à ceux qui apprécient le rock et le blues décapant.

Si on peut faire un reproche au groupe, c’est leur petite manie à tomber dans les conventions en imitant les grosses pointures. Kerr se débrouille bien à la partition vocale, mais notre homme se colle parfois (autant dans la voix que dans la façon de phraser) à Matthew Bellamy de Muse alors qu’à d’autres moments il devient l’émule de Jack White; Loose Change le démontrant éloquemment. Bien qu’il exécute bien, on a tout de même l’impression d’entendre une pâle copie plutôt que de voir la personnalité réelle du jeune homme.

Le duo se débrouille très bien sur ce Royal Blood et balance plusieurs pièces qui s’écoutent facilement et qui plairont à l’amateur de rock. Est-ce que c’est révolutionnaire? Non. On est dans les mêmes eaux sonores que les White Stripes et les Black Keys, mais encore bien loin de l’inventivité d’Indian Handcrafts. Ceci dit, ça sonne comme une tonne de brique et c’est accrocheur. Par bout, les deux Anglais nous gratifient d’un riff délectable ou encore d’une mélodie intoxicante.

Ma note: 7/10

Royal Blood
Royal Blood
Warner Brothers
33 minutes

royalbloodband.com/

Exprimez-vous!

*