Pierre Kwenders - Le dernier empereur bantou - Le Canal Auditif

Pierre Kwenders – Le dernier empereur bantou

a3666153609_10Bantou signifie humain en Kikongo, qui elle, est une langue africaine parlée dans le nord de l’Angola, mais surtout en République Démocratique du Congo. C’est la langue parlée à Kinshasa, capitale du pays subsaharien et lieu de naissance de José Luis Modabi, alias Pierre Kwenders. Le périple du jeune Modabi l’a transporté de sa ville d’origine jusqu’à Montréal à l’âge de 16 ans. C’est ensuite en intégrant une chorale catholique que le contact avec le chant et la musique s’est fait. Puis, la rencontre d’Alexandre Bilodeau (ex-Radio Radio) permit de faire germer ce projet.

Après deux maxis, Kwenders arrive avec un premier album, sous l’étiquette Bonsound, titré Le dernier empereur bantou. Métissant électro et rumba congolaise, comptant sur le support de producteurs d’expérience en Bilodeau et DJ Poirier et en ajoutant plusieurs collaborations dont Jacobus (Radio Radio), Samito ainsi que le jeune groupe de hip-hop The Posterz, Pierre Kwenders propose un premier album qui détone du paysage musical québécois. Celui-ci offre un son rafraîchissant et riche qui reste très accessible grâce à un bon fond de mélodie pop entraînante.

Le mélange Kwenders/Jacobus est particulièrement efficace. Mardi Gras, qui était disponible sur Whisky & Tea, est entraînante alors qu’Ani Kuni intègre un échantillonnage du chant traditionnel amérindien. La prière ancestrale, qui n’a rien de très joyeux, fait un lien entre les Premières Nations et la situation de l’Afrique, celle où la famine domine; un habile mélange de deux traditions de la part de Kwenders.

On retrouve certaines ressemblances musicales avec Stromae, particulièrement sur l’entraînante Popolipo. Parfois, Kwenders frôle le R&B. La pièce qui clôt la galette, Mami Wata, en est l’exemple le plus probant. Lorsque l’artiste est moins dansant et plus posé, sa musique n’en souffre pas, au contraire, la pièce d’ouverture Cadavere l’illustre très bien.

Avec Le dernier empereur bantou, Pierre Kwenders lance un album qui vous gardera au chaud tout l’hiver durant. Un album rafraîchissant qui sort du lot, ne se classant pas totalement «world», pas totalement électro. Une création unique qui constitue une belle histoire de métissage; tout comme celle de l’homme derrière le micro.

Ma note: 8/10

Pierre Kwenders
Le dernier empereur bantou
Bonsound
45 minutes

pierrekwenders.com/

Exprimez-vous!

*