Perfume Genius - Too Bright - Le Canal Auditif

Perfume Genius – Too Bright

Perfume-Genius-Too-BrightPerfume Genius? C’est l’auteur-compositeur-interprète Mark Hadreas qui crée de superbes chroniques chansonnières portant sur l’affirmation de la différence, en format souvent pianistique, et qui lorgne vers les univers musicaux d’Antony And The Johnsons ainsi que de Mark Hollis (Talk Talk). Cette semaine Perfume Genius met sur le marché la suite de l’incassable Put Your Back N2 It (2012) intitulé Too Bright. Fait à noter, Hadreas est accompagné sur scène par son acolyte amoureux nommé Alan Wyffels.

On ne tergiversera pas trop longtemps sur ce Too Bright, car Mark Hadreas catapulte tout simplement sa meilleure œuvre en carrière. Bien entendu, c’est résolument mélancolique, mais complètement bouleversant. Alternant entre balades pianistiques et morceaux synthétiques menaçants, Mark Hadreas trouve un parfait équilibre entre émotivité et affirmation. Ce Too Bright n’apportera pas nécessairement une reconnaissance populaire accrue à Perfume Genius, mais Hadreas vient d’asseoir immuablement sa crédibilité en tant que songwriter.

Interprétation à fleur de peau, sans tomber dans un maniérisme rebutant, une mélancolie exacerbée, mais ô combien prenante et sentie, Hadreas a vraiment tout bon. D’autre part, le musicien a fait appel à un ex-collaborateur de P.J. Harvey, l’excellent John Parish, ainsi qu’à Adrian Utley (Portishead) afin d’être guidé adéquatement dans la gestation de ce Too Bright. Plusieurs mélomanes connaisseurs pointeront du doigt ces deux apports en ce qui concerne ce virage inusité/claustrophobe prodigué à certaines chansons.

Les fanatiques de la première heure ne seront pas en reste puisque Hadreas nous chavire avec de sublimes moments dépouillés qui font monter carrément les larmes aux yeux. On fait référence au magnifique acte introductif titré I Decline et sur lequel Hadreas nous donne ce précieux conseil: «No fakes/I decline». Le songwriter y va également d’une frémissante No Good (superbe piano en fin de parcours), d’une prenante Don’t Let Them In et d’une minimaliste (qui se conclut en apothéose avec chœurs et claviers orchestraux) titrée Too Bright. En ce qui concerne les pièces plus singulières, on a spécifiquement apprécié l’explosive Queen (tout simplement une grande chanson!), le petit penchant Portishead évoqué sur My Body, la synthétique/dissonante Grid, l’utilisation judicieuse de claviers très eighties sur Longpig ainsi que l’aérienne/lugubre I’m A Mother sur laquelle Hadreas évoque vocalement le parfait alliage entre Mark Hollis et Antony Hegarty.

Pas un album de tout repos qui revendique le droit à la différence, le droit d’aimer sans compromis, le droit d’être authentique en toutes circonstances; la musique concordant parfaitement avec le propos. Que demander de plus? Mark Hadreas pourra se pavaner avec un grand disque dans sa manche. Ce brillant Too Bright n’est pas destiné à toutes les oreilles, mais le mélomane curieux et ouvert d’esprit tombera sous le charme de ces compositions oscillant entre bravade sonore et serrement de cœur pianistique. D’une véracité incontestable. Sans mot!

Ma note: 8,5/10

Perfume Genius
Too Bright
Matador Records
32 minutes

perfumegenius.net

Exprimez-vous!

*