M. Ward - More Rain - Le Canal Auditif

M. Ward – More Rain

M. WardDéjà un 8e album studio pour l’auteur-compositeur-interprète M. Ward. Le musicien, qui a collaboré avec l’actrice Zoey Deschanel (She & Him), avec également Conor Oberst (Bright Eyes) et Jim James (My Morning Jacket) sur le projet Monsters Of Folk (2009), revenait la semaine dernière avec More Rain. Depuis le temps que Ward nous propose son indie folk rétro, il a bien eu le temps de développer quelques relations musicales de qualité. La preuve? L’excellent Peter Buck (R.E.M), k.d. Lang et Neko Case ont participé à la gestation de ce nouveau disque.

Rien de bien nouveau dans l’univers de M. Ward et bien honnêtement, c’est tout à fait acceptable, car le songwriter nous a toujours habitués à des productions de qualité. More Rain ne fait pas exception à la règle. On passe de la mélancolie paisible et toute en retenue (Slow Driving Man, Pirate Dial) à des morceaux millésimés/ensoleillés (Girls From The Conjo Valley) à un étonnant penchant glam rock à la T. Rex (Time Won’t Wait). On note entre autres la participation vocale de Neko Case sur cette chanson.

More Rain est plus dynamique et varié que le précédent effort solo de Ward titré A Waste Companion. Bien sûr, on a affaire à un disque de vétéran qui demeure ancré dans un certain confort, mais autant les adeptes du bonhomme que les fans d’indie folk rock sauront apprécier à sa juste valeur l’offre du troubadour.

Là où certains y verront une redondance, j’y vois un artiste régulier comme l’horloge qui mise sur la longévité et sur l’efficience de son écriture chansonnière plutôt que sur l’esbroufe et les coups d’éclat sonores. Et ça marche parce que Ward fait ce qu’il aime avec une intégrité absolue. Ça s’entend. On peut ne pas aimer ce que propose l’artiste, mais c’est parfaitement assumé. Je salue ici l’authenticité de Ward.

Quelques chansons font admirablement le travail sans qu’il y ait trop de moments faiblards. Je pense à ce folk rock carré, ponctué d’un clavier de poteux fort à propos, intitulé Girl From Conjo Valley (meilleur titre de l’album), à la prenante Slow Driving Man et à l’apport musical (toujours apprécié) du quasi légendaire Peter Buck qui ajoute un peu de guitares graisseuses à Temptation ainsi que de la mandoline à Phenomenon. Un favori de votre modeste scribe, il va sans dire. J’ai aussi apprécié la reprise, un peu lo-fi, de You’re So Good To Me des Beach Boys.

Bien sûr, ce n’est pas la révolution, tant s’en faut, mais dans la catégorie «pantoufles confortables» M. Ward nous satisfait pleinement, et ce, création après création. Un autre bon disque au compteur pour ce musicien fort respecté par ses pairs. Ne boudez pas votre plaisir, ça fait le travail.

Ma note: 7/10

M. Ward
More Rain
Merge Records
37 minutes

http://mwardmusic.com/

Exprimez-vous!

*