Neko Case - The Worse Things Get, The Harder I Fight,The Harder I Fight,The More I Love You - Le Canal Auditif

Neko Case – The Worse Things Get, The Harder I Fight,The Harder I Fight,The More I Love You

neko-case-the-worse-things-getLe sixième album de la diva de la musique indie-folk-country américaine Neko Case (en excluant deux EP, un album enregistré devant public et sa carrière au sein de la formation The New Pornographers) arrive sur les tablettes ces jours-ci et démontre une intention certaine de l’artiste de vouloir faire différent, tout en respectant une sonorité musicale bien à elle.
En fait, sur ce The Worse Things Get, The Harder I Fight, The Harder I Fight, The More I Love You (quel titre tout de même!) on a droit à deux Neko Case.

Il y a d’abord la rockeuse, qui nous offre quelques compositions plus soutenues et puissantes. On pense à Ragtime (utilisation convaincante des trompettes), City Swans (instrumentation efficace), Local Girl (beau chœur vocal dans le refrain) et surtout Man où, entre une batterie éclatante et quelques solos de guitare, elle chante, hargneuse: «I’m a man / As in a citizen of Mankind / It’s what kind of animal I am / It’s that simple.»

Même force dans la musique et les textes de Bracing For Sunday, où cette fois Neko Case s’écrie, sous une guitare en distorsion: «I only ever held one love / Her name was Mary Anne / She died having a child by her brother / He died because I murdered him». Pas jojo, vous en conviendrez!

L’autre Neko Case, la douce, apparaît pour sa part sur des compositions en apparence plus calmes. Car si l’instrumentation est somme toute douillette sur les Night Still Comes, I’m From Nowhere et Afraid (piano en premier plan, guitares en accord, batterie modeste, chœurs vocaux retenus), les thèmes abordés, eux, ne sont pas tendres. Abus de drogues, violence, solitude… Tenez, sur Nearly Midnight Honolulu, elle parle de cette mère qui s’adresse à sa fille: «Your mother said / Like I couldn’t hear her / She said / « Get the fuck away from me! / Why don’t you ever shut up?! / Get the fuck away from me! »» Ouf…

Cette dualité entre les deux Neko culmine sur la chanson Where Did I Leave That Fire où, d’abord calmement, la chanteuse affirme, a cappella, «I wanted so badly not to be me», avant que l’arrivée d’une guitare et d’une batterie vienne ajouter une musique rock puissante.

Avec ce disque, Neko Case veut faire douter ceux qui croyaient que sa carrière n’était qu’un long fleuve tranquille. C’est réussi.

Ma note : 7,5/10

Neko Case
The Worse Things Get, The Harder I Fight, The Harder I Fight, The More I Love You
Anti-Records
38 minutes

www.nekocase.com

Exprimez-vous!

*