Lydia Ainsworth - Right From Real - Le Canal Auditif

Lydia Ainsworth – Right From Real

ABT043_LA-RFR_digi-cover-smallC’est en composant la musique pour des trames sonores pour des films et des projets multimédias que les pièces qui forment Right From Real sont nées. Quelque part entre Brooklyn et Toronto, Lydia Ainsworth a accumulé les pièces qu’elle a fait paraître sur deux maxis et qui ont été réunies sur un seul et même album à la fin septembre.

Situé musicalement entre Julia Holter et Grimes, empruntant parfois un peu à Björk dans les envolées vaporeuses et un peu à Owen Pallett dans l’orchestration des cordes, Ainsworth se débrouille à merveille sur ce premier album. La jeune femme montre une maturité musicale impressionnante tout en gardant un ton facilement accessible. Elle se perd rarement dans les chemins sinueux de l’expérimentation en oubliant son auditoire derrière elle. Au contraire, elle construit tranquillement ses chansons pour qu’on puisse la suivre… une qualité qui n’est pas l’apanage de tous ses contemporains.

En général, ses pièces s’articulent autour d’une construction électro accompagnée de cordes sur laquelle elle vient coucher sa voix éthérée. Take Your Face Off est un bon exemple comptant aussi sur une certaine base rythmique particulièrement présente. White Shadows joue le même rôle s’articulant autour d’un vibraphone, accompagné d’éléments électroniques et toujours accompagnés de ces cordes riches et langoureuses qui caractérisent ce Right From Real. Il y a dans le jeu de violoncelle d’Ainsworth quelque chose de profondément romantique.

Parfois, la jeune femme se fait électro-pop comme sur Moonstone. Celle-ci compte sur la voix d’une fillette qui, enrobée par l’environnement sonore d’Ainsworth, prend une tournure presque inquiétante. L’artiste est aussi capable d’aller piger dans la mélodie plus accrocheuse. Bien qu’elle ne s’abandonne jamais complètement dans la pop, elle envoie un air qui captive plus facilement l’oreille sur PSI; l’ensemble, toujours auréolé d’une voix ronde, pas complètement aérienne, mais pas totalement terrienne non plus.

Ce premier album de Lydia Ainsworth vaut vraiment le détour si vous appréciez l’électro-pop avec un penchant orchestral. Vous risquez d’y découvrir une artiste qui piquera votre curiosité et surtout avec laquelle vous allez vouloir garder contact. Right From Real est un excellent premier pas pour la jeune femme qui semble bourré de talent.

Ma note: 7,5/10

Lydia Ainsworth
Right From Real
Arbutus Records
32 minutes

lydiaainsworth.com/

Exprimez-vous!

*