Lou Barlow - Brace The Wave - Le Canal Auditif

Lou Barlow – Brace The Wave

Lou BarlowPour un vétéran mélomane bien au fait de l’histoire de l’indie-rock états-unien, le nom de Lou Barlow est synonyme de qualité. Autant comme bassiste atypique chez Dinosaur Jr, que comme meneur chez les vénérés Sebadoh ou encore dans ses multiples projets solos, Sentridoh et Folk Implosion entre autres, le musicien donne toujours le meilleur de lui-même obtenant toujours des résultats satisfaisants. Même si le Defend Yourself de Sebadoh paru en 2013 nous avait laissés sur notre appétit, on attend toujours avec enthousiasme les parutions de Barlow. Le maître mélodiste âgé de 49 ans est de retour cette semaine avec Brace The Wave.

Si Defend Yourself portait le poids du divorce de Barlow avec son épouse (ils étaient ensemble depuis 25 ans), on entend un compositeur en mode folk aux propos doux-amers toujours en quête d’une certaine vérité intérieure… les blessures n’étant pas tout à faites guéries semble-t-il. Le travail d’une vie, il va sans dire. Enregistré en six jours au studio de Justin Pizzoferato (Thuston Moore, Chelsea Light Moving) situé au New Jersey, le vieux routier s’installe avec sa guitare acoustique ou son ukulele et bonifie ses chansons d’arrangements minimalistes, mais somme toute fort pertinents. On pense immédiatement à Nerve (la plus orchestrée de l’album) sur laquelle on y entend clavier, guitare électrique et grosse caisse.

Le principal attribut de ce Brace The Wave réside une nouvelle fois dans l’immense force mélodique de Barlow, évoquant une vulnérabilité à fleur de peau, mais jamais larmoyante. Au menu? Mélodies orfévrées, sensibilité masculine exprimée avec justesse et indie-folk confidentiel. Barlow est tellement fiable qu’on se laisse bercer facilement par ces chansons d’apparence élémentaires, mais qui touchent le cœur avec une aisance déconcertante.

On s’entend. Ce n’est pas la révolution. À quoi bon par ailleurs? Lou Barlow détient une signature tellement discernable qu’il n’a plus besoin d’épater le mélomane hyperactif avide de fanfaronnades sonores totalement superficielles. Le gars est bon tout simplement et il en fait la preuve avec éloquence sur une poignée de ritournelles. On fait référence au riff principal de Redeemed, aux harmonies vocales dans Moving, aux dépouillés Lazy et Boundaries de même qu’à la conclusive/frémissante Repeat.

Les fanatiques de Barlow (on pense ici à notre collaborateur Jean-Simon «The Faber» Fabien) seront aux anges, du moins, on le croit sincèrement. Ceux qui doutaient encore du talent d’interprète du musicien ravaleront leur salive, car Barlow est totalement irréprochable sur cet aspect. Brace The Wave est comme un bon rhum & coke après une journée pénible, fertile en émotions remuantes. Réconfortant et tonifiant à la fois.

Ma note: 7/10

Lou Barlow
Brace The Wave
Joyful Noise
30 minutes

https://www.facebook.com/TheLouBarlow

Exprimez-vous!

*