Sebadoh - Defend Yourself - Le Canal Auditif

Sebadoh – Defend Yourself

seb4Lou Barlow et Jason Lowestein forment l’épine dorsale de Sebadoh; groupe assemblé en 1987 suite à l’éviction cavalière de Barlow de Dinosaur Jr. par le placide Jay Mascis. Aujourd’hui, Barlow a repris du service chez Dinosaur Jr. puisque Mascis et lui se sont réconciliés. Cela n’a pas empêché Barlow et Lowenstein de s’unir à nouveau (quatorze après la parution de The Sebadoh) afin de nous offrir cette semaine Defend Yourself. Rien de bien nouveau dans l’univers de Sebadoh; toujours cette mixture de punk grungisant et de rock mélodiquement de luxe, nappée dans une esthétique sonore lo-fi.

Aux premières auditions de ce Defend Yourself, il ne fait aucun doute que l’écriture chansonnière mélancolique de Barlow tient encore solidement la route. Lou Barlow est un pourvoyeur de frisson hors norme et sur cette offrande, il en fait encore une fois éloquemment la preuve. Sauf que cette fois-ci, la maturité ayant sûrement fait son œuvre, le punk/grunge catalysé par Jason Lowenstein s’efface passablement, ce qui amenuise l’impact corrosif et cinglant qui faisait le charme des précédents efforts de Sebadoh.

Puisque l’aplomb du groupe résidait dans cette alternance entre le rock mélancolique harmoniquement orfévré préconisé par Lou Barlow et le dévernissage sonore beuglé par Jason Lowenstein, on demeure par moments de marbre, avec une envie folle de dessuintage d’oreilles non assouvi. Ce Defend Yourself n’est pas une conception sonore intrépide, mais tient lieu de rappel concernant le talent indéniable détenu par le duo Barlow/Lowenstein, qui nous concocte malgré tout quelques perles de rock mélodique.

En contrepartie, lorsque Sebadoh atteint la cible, il la fracasse en mille miettes avec des chansons incassables, d’une efficacité irréfutable. Dommage, qu’il y ait quelques morceaux faiblards sur cet album, car votre dévoué critique attendait positivement Sebadoh dans le détour. Bref, un Defend Yourself passéiste et conservateur, mais qui demeure somme toute une production adéquate.

Parmi les ritournelles qui ont fait mouche, nous avons noté la valse pop-rock Love You Here, l’une des plus bruyantes du disque Defend Yr Self, la bondissante Oxygen, les guitares grinçantes dans Inquiries, la country rock State Of Mine, l’émouvante Can’t Depend ainsi que le riff qui conclut habilement Separate.

Nous aurions aimé vous exprimer avec enthousiasme que le retour de Sebadoh est un tour de force électrisant, mais malheureusement, quelques bémols, combinés surtout à un adoucissement au niveau de l’intensité déployée, font que ce Defend Yourself est un effort louable… mais sans plus. Dommage!

Ma note : 6/10

Sebadoh
Defend Yourself
Joyful Noise
46 minutes

sebadoh.com

Exprimez-vous!

*