Baroness - Yellow And Green - Le Canal Auditif

Baroness – Yellow And Green

Vous avez sans doute déjà écouté un album et après une ou deux écoutes, vous vous dites: « C’est bizarre… ça passe du rock à la balade pis ça détonne… Ouach! Ouach! Ouach! » (exprimé avec la même intonation que Guy A. Lepage dans ses années RBO). Eh bien, avec Yellow & Green, Baroness, groupe originaire de Savannah en Géorgie, prouve que c’est possible et de belle façon en prime. À l’origine, classé comme un groupe de métal progressif, celui-ci se tourne vers un nouvel horizon sur cet opus; et difficile de savoir où cette route les mènera.

L’album s’entame sur une très belle Yellow Theme avec une mélodie paisible et un effet de flanger de toute beauté. D’ailleurs, sur les dix-huit pistes de cet album double, on peut goûter souvent à ce type de guitare; Eula, Collapse, Stretchmarker et I Forget Thee en sont de très bons exemples. Le groupe comblera tout de même les amoureux de la lourdeur avec l’entraînante Take My Bones Away, la rapide Sea Lungs et l’agressive The Line Between, où vous noterez que le chanteur John Baizley pousse des inflexions vocales à la David Gilmour. Ce n’est pas peu dire! March To The Sea, Little Things et Psalms Alive possèdent, quant à elles, des sonorités qui rappellent certains groupes indies. On entend la diversité de leur son, ce qui n’est pas sans charme. Autres pièces dignes de mentions: Back Where I Belong pour sa mélodie accrocheuse, MTNS pour un des plus beaux riffs qu’il m’ait été donné d’entendre dans ma vie combiné à un jeu de batterie quasi parfait, Foolsong pour sa tragédie inhérente, Cocainium pour son harmonium et Twinkler pour sa flûte traversière et son chœur.

Bref, comme vous avez pu le constater, j’ai parlé de presque toutes les chansons et vous savez pourquoi? Parce que des tounes ordinaires, il n’y en a pas sur cet album! On sent que Baroness se rend à quelque part. Il serait arrogant de prédire l’arrivée, mais une chose est sûre: le chemin est beau, émouvant, intelligent et raffiné musicalement parlant. On dit souvent que le chemin parcouru qui mène à nos désirs est plus important que le but lui-même. Je crois que c’est un dicton qui sied bien à ce Yellow & Green. À vos écouteurs moussaillons!

Ma note : 8/10

Baroness
Yellow & Green
Relapse Records
75 minutes

baronessmusic.com/

Exprimez-vous!

*