Les EP de janvier 2015 - Le Canal Auditif

Les EP de janvier 2015

BAD NYLON – MUSIQUE DE BRUNCH

a3535891213_10Prépare tes oreilles l’ami. Bad Nylon (meilleur nom de band ever) arrive en ville avec son rap tout féminin post-hypersexualisation (de leur propre aveu). Les filles trouvent que ça manque de «girls» dans le milieu hip-hop québécois. JazzyGee, La Wanagain et Marie-Gold (qui fait aussi les beats) débarquent avec leurs trames qui goûtent la vieille école, leurs rimes riches et leurs références qui vont parler à LE jeune adulte en passant de Romano Fafard à Jérôme Minière. C’est délicieux de A à Z et ce n’est qu’un premier maxi. Sur Musique de brunch, on entend aussi la voix soul de Mart Ah, complétant à merveille le hip-hop plutôt «laid back» de Bad Nylon.

RAGERS – CHAPTERS

thumbCe n’est pas tous les jours qu’un groupe québécois échantillonne du Death Grips… pis quand ça arrive, c’est sûr que Le Canal Auditif se penche là-dessus. Ragers, c’est un trio électro montréalais qui fait une musique plutôt agressive, accrocheuse, mélodieuse qui fait parfois penser à Ratatat, mais aussi à Psyche. C’est du Darkwave pas complaisant. Outre l’excellent Up My Sleeves, le groupe nous offre aussi Paper Chasing qui contient des échantillons de ce qui semble être Hudson Mohawke. Un gros maxi de pièces qui puent la débauche, les ruelles moins reluisantes des grandes villes et les soirées de mauvaises décisions.


 

PETITE NOIR – THE KING OF ANXIETY

UnknownPetite Noir, c’est Yannick Iluga, un jeune sud-africain originaire de l’Hawaii de l’Afrique: Cape Town. D’abord chanteur dans un band metalcore qui s’appelait Fallen Within, le jeune homme est revenu au R&B qu’il écoutait plus jeune après avoir découvert Kanye West. On s’en doutait après les premiers simples parus dans les deux dernières années, mais pouvait-on vraiment s’attendre à une production aussi réussie? Iluga possède un large registre vocal ce qui lui permet facilement de passer d’une voix de tête à une voix grave. Till We Ghosts va vous faire comprendre qu’il n’y a pas grand-chose à redire.


 

SHASH’U – THRU DA NIGHT

shash-u_tdn_1000-1421168547Le Dj montréalais Shash’U n’en est pas à ses premières armes. Celui-ci a notamment ouvert pour DJ Premier, ?estlove et a travaillé avec bien des artistes à Montréal, mais voilà qu’il fait ses premiers pas en tant que compositeur. Mixant un électro agressif avec des éléments de pui pui avec différents styles et influences, l’artiste fait penser par sa versatilité à Hudson Mohawke. La pièce-titre est particulièrement succulente avec ses rythmes métissés et puissants. En attendant, tu peux télécharger le maxi gratuitement chez Fool’s Gold: http://foolsgoldrecs.com/tag/shashu/


 

FONTARABIE – ECLIPSES

a2445424999_102014 a été une grosse année pour Julien Mineau. Fontarabie a mis le pied à l’extérieur du studio pour la première fois et la réaction a été plutôt positive. Éclipses est construit en partie par des maquettes qui datent du premier album, mais Mineau commence à effectuer un virage vers des mélodies particulières et légèrement étranges. Il revient vers la musique pop et on ne peut pas dire que c’est déplaisant du tout. Cependant, on y entend toujours la griffe de Mineau qui est totalement reconnaissable. Parmi les bons moments, on note Dernière neige et Secret professionnel.

AMEN DUNES – COWBOY WORSHIP

sbr124-amendunes-300_1024x1024Amen Dunes a fait paraître, en mai dernier, l’album Love qui a récolté les éloges un peu partout. Damon McMahon avait quelques pièces qui n’avaient pas réussi à se rendre sur Love pour une raison ou pour une autre. Il a décidé d’y aller avec les moyens du bord, ajoutant au mix quelques reprises: Lezzy Head qui se trouvait sur l’album Through Donkey Jaw et Song Of The Siren de Jeff Buckley. Une collection de six titres plus dépouillés qui sonnent bien dans les oreilles. De plus, deux des pièces ont été conçues à Montréal alors que celui-ci fricotait avec la bande de Godspeed You! Black Emperor.

LA CARABINE – À CORPS PERDU

a3714584871_10Directement issus d’Hochelag, Dom Polski (MC), Filion (MC) et JJQuaid (rythmes) forment La Carabine. Le trio se débrouille avec un micro et sait composer des pièces qui restent dans la tête comme l’accrocheuse Ste-Catherine la nuit. Clairement, ils ont écouté du Cypress Hill. On voit même SEBA (Cargo Culte, Gatineau) faire une apparition sur Disparus. Sur Fais là? le groupe montre son don pour les refrains alors qu’il y a un petit quelque chose de Loco Locass dans le flow, même si c’est beaucoup moins propre au niveau des paroles. C’est HOMA dans le temps où t’entendais une engueulade entre un proxénète et sa «protégée» à 3h30 du mat.


 

POLYGRAMME – VERTEX EP

a0944704948_10Philippe, de son petit nom, fait partie de l’écurie de Future Montréal. Habitué des «raves in situ», des soirées électros marginales, le producteur montréalais a lancé son premier EP en décembre. Créant des trames sonores comme des tableaux où chaque son est un coup de pinceau, Polygramme offre un cinq pièces de deux compositions et trois remix/collaborations. C’est un univers dense et riche qu’il nous offre sur Solstice. De son côté Language est plus rythmée, cadencée de manière contagieuse. Elle rentre rapidement dans les os. On pense un peu à Millimetrik par moment.

LE CERF-MALADE – DÉBUTS

a2767593138_2On aimes-tu la scène du Saguenay-Lac-Saint-Jean? Oh que oui! Le Cerf-Malade en fait partie et comme ses comparses, les guitares y sont rutilantes alors que tout est coulé dans le rock… Depuis 2009, ces quatre gars du Saguenay se font aller sur les scènes de la région et voilà qu’ils ont enfin décidé d’enregistrer leurs pièces. C’est du bon rock honnête qui gagne esthétiquement par la qualité de l’enregistrement. Ça sonne un peu garroché pis ça leur va bien. Le quatuor possède aussi un certain talent pour la mélodie. Tout ça mis ensemble fait de Débuts un pas pire EP.

MEAT WAVE – BROTHER EP

meatwaveMeat Wave, c’est un trio qui provient de Chicago et puis ça déménage plus que le clan Panneton, ce n’est pas peu dire! Du gros punk lo-fi gras qui dessuinte les oreilles à coup de cris, de grosse distorsion et de cymbales claquantes. La pièce-titre qui ouvre la galette part avec furie alors qu’on se rend compte que le chanteur possède un tout petit quelque chose de Billy Talent dans la voix alors que la guitare est nappée d’une couche de son enveloppante. De plus, le trio a même un petit talent pour la mélodie et le prouve avec It’s Not Alright. Ils se font plus post-punk sur Sunlight alors que Sham King va vous donner le goût d’headbanger dans votre salon.


 

Exprimez-vous!

*