Die Antwoord - Donker Mag - Le Canal Auditif

Die Antwoord – Donker Mag

d7481f84Rarement un groupe de musique a réussi à créer une esthétique aussi forte que Die Antwoord. Les Sud-Africains ont frappé fort avec les images surréalistes et irrévérencieuses de Fatty Boom-Boom de leur album précédent Ten$ion. Ce qui est encore plus surprenant avec le duo de Yo-Landi Vi$$er et Ninja est l’étendue de leur rayonnement. Leur popularité dépasse largement le cercle marginal des mélomanes curieux. Le tout en faisant les choses à leur manière et sans compromis, ce qu’Interscope a appris à ses dépens. Alors que le label s’est opposé à la sortie du simple Fok Julle Naaiers en 2011, Die Antwoord a envoyé promener Interscope, a créé sa propre étiquette de disques et a sorti l’album à sa manière.

Véritable produit de l’Internet, Die Antwoord a toujours su tirer avantage de ce moyen de communication pour rejoindre l’Amérique du Nord où leur popularité est particulièrement impressionnante. Donker Mag (signifie: pouvoir obscur, référence à la magie noire et au satanisme), leur troisième album arrive cette semaine tout juste deux semaines après l’annonce de la sortie.

Dire que Die Antwoord joue le jeu du rap américain et de la confiance irrévérencieuse serait un euphémisme. Donker Mag s’ouvre sur un message laissé sur la boîte vocale du gérant du groupe alors que Ninja lui conseille: «Don’t fuck me Tony, don’t you ever try and fuck me». Yo-Landi continue d’entretenir l’image d’un objet sexuel, qui devient d’une façon très tordue, un exemple de femme libérée et en contrôle de sa sexualité. Cookie Thumper! fera sourciller alors que Yo-Landi raconte l’histoire d’un homme libéré de prison qui fait maintenant une fixation sur le sexe anal; l’ensemble couché sur une trame intelligente, entraînante et accrocheuse. Certains pourraient accuser Die Antwoord de chercher à choquer, mais leur public cible ne sera pas offusqué.

Musicalement, on retrouve le groupe accompagné de DJ Hi-Tek à l’endroit ils nous avaient laissé avec Ten$ion. Girl I Want 2 Eat U ressort du lot avec ses rythmes inspirés de la musique arabe et gitane largement électrifiée. Tout comme, Pitbull Terrier, deuxième extrait de Donker Mag qui, avec son gros rythme électro évoque l’énergie des soirées de raves. Tandis que l’échantillonnage utilisé sur Pitbull Terrier, apparaissant sur la bande originale Black Cat, White Cat d’Emir Kusturica, se veut un hommage à ce film que tient en haute affection Die Antwoord.

Mais la grande surprise sur l’album est la balade tordue intitulée Strunk. D’entendre Yo-Landi et Ninja chanter une ballade mélodique kitsch et convenue est bizarre. Mais pour s’assurer de ne pas tomber dans le piège de tant d’autres groupes, les deux Sud-Africains salopent le tout avec des rythmes syncopés, une guitare légèrement dissonante et un environnement sonore pollué de sons parasites. La pièce finit dans une finale où la beauté de l’amour est évacuée alors que Yo-Landi y va d’un: «Love fucks you up like an evil angel/You’re so cool, cool as ice/But playboy you tell fucking lies». On est loin de Si pour te plaire de Marc Dupré mettons…

Parmi les autres bons coups que nous envoient Die Antwoord, Raging Zef Boner et I Don’t Dwank offrent des trames puissantes, appuyées et un rap qui rappelle que le groupe a abusé d’Eminem dans son passé. Le travail de DJ Hi-Tek est encore une fois solide et tissé sur mesure pour les paroles agressives de Yo-Landi et Ninja.

Donker Mag satisfera amplement les fans du groupe qui reprend là où Ten$ion les avaient laissés, bercés dans une musique de plus en plus techno. Si on peut reprocher une seule chose au nouvel album, c’est que les pièces fortes sont légèrement moins marquantes que sur le précédent effort. Donker Mag reste tout de même une galette de qualité.

*Die Antwoord sera au Métropolis le vendredi 6 juin prochain.

Ma note: 7,5/10

Die Antwoord
Donker Mag
Zef Records
45 minutes

www.dieantwoord.com/

Exprimez-vous!

*