Dirty Projectors - Swing Lo Magellan - Le Canal Auditif

Dirty Projectors – Swing Lo Magellan

Mardi dernier paraissait le très attendu Swing Lo Magellan de la formation rock Dirty Projectors menée de main de maître par le compositeur émérite Dave Longstreth. La musique de Dirty Projectors constitue un brillant mélange de rock alternatif, de jazz-rock et de musique expérimentale, l’ensemble auréolé des chœurs célestes concoctés par Amber Coffman et Angel Deradoorian de même que la voix distincte et hantée de Longstreth. En 2009, la formation américaine avait mis sur le marché un album chouchouté par la critique et qui avait valu aux Dirty Projectors une certaine reconnaissance internationale: l’excellent Bitte Orca.

Aux premières écoutes de Swing Lo Magellan, trois évidences frappent l’auditeur: la voix de Longstreth est définitivement à l’avant-plan dans le mix, le groupe inclut des sonorités folk issues des sixties et les structures chansonnières sont sans l’ombre d’un doute, beaucoup plus intelligibles et moins labyrinthiques que les précédentes productions. Une création qui délaisse quelque peu la virtuosité afin de laisser respirer les chansons, ce qui confère aux compositions de Dirty Projectors une accessibilité accrue, et ce, sans laisser en plan l’inventivité. Tout simplement, moins désordonné et plus rassembleur, comme si Longstreth avait voulu nous montrer sa vulnérabilité… mais pas exagérément.

Mais le petit génie, âgé de 29 ans seulement, reste un incorrigible perfectionniste et les morceaux offerts sur cette galette demeurent sinueux malgré le flagrant désir d’authenticité et d’honnêteté qui a habité le créateur lors de l’enregistrement. Swing Lo Magellan contient très peu de moments anémiques et renferme plus que sa part de chansons lumineuses. Le refrain rock de Offspring Are Black, la pièce titre Swing Lo Magellan, le motif de guitare acoustique purement démentiel de Just For Chevron, la dissonante et déstructurée Maybe That Was It, la désarmante simplicité musicale de Impregnable Question, les magnifiques cordes alliées aux rythmes électros de See What You Seeing, la fédératrice Unto Ceasar et la folk jazzée, dépouillée, quasi Fleet Foxes, titrée Irresponsible Tune représentent les morceaux significatifs de cette œuvre.

Swing Lo Magellan est un périple musical anormalement déchiffrable, plus ramassé, demandant quand même un effort auditif important, car la musique de Longstreth demeure somme toute complexe… Ce disque se veut un pas de plus vers une reconnaissance universelle pour les Dirty Projectors, et avant tout, vient confirmer hors de tout questionnement, le talent démesuré et indéniable de Dave Longstreth en tant que compositeur de génie. Un exceptionnel! Si vous aimez être dérouté génialement, voilà probablement l’un des albums gastronomiques, les plus délectables de 2012. Audacieux sans être rebutant!

Ma note : 8/10

Dirty Projectors
Swing Lo Magellan
Domino Records
42 minutes

dirtyprojectors.net/home

Exprimez-vous!

*