Les EP à LP Archives - Page 3 sur 11 - Le Canal Auditif

Les EP de juin 2016

FUUDGE – EP

a2903437231_10Peut-être les avez-vous vus lors des dernières Francouvertes? Peut-être même êtes-vous tombé en amour avec cette belle bande de fous comme nous? Fuudge fait paraître ce mois-ci son premier EP. Menée par le charismatique David Bujold, elle compte dans ses rangs des musiciens aguerris: Olivier Laroche (Le Roi Poisson, Oli Laroche), Pierre-Alexandre (Lac Estion, Poulet-Neige) et Vincent LaBoissonnière (Le Chelsea Beat). On craque pour la mélodieuse Ju, la succulente Innocent et la stoner Appelle-moi chéri.


 
 

VALÉRIE POULIN – 1992-2016

a3911309793_10Est-ce que tu connais la jeune et rock Valérie Poulin? Non? Eh ben, c’est le temps de te frotter à cette jeune femme talentueuse. Elle possède déjà une personnalité intéressante, elle fait de la musique rock un peu crasse et des airs mélodieux à souhait. On pense à PJ Harvey, mais avec un petit côté chanson française. Corps Coeur nous offre des belles guitares distorsionnées alors qu’Inspire est plus atmosphérique, mais tout aussi plaisante pour les tympans.
 


 
 

L’INDICE – CYCLE UN

a3649859138_10Le projet solo de Vincent Blain s’était fait plus discret dans les dernières années. Une meilleure personne date déjà de 2012. Ce n’est pas faute d’être actif. On l’a entre autres retrouvé dans Les Schrimps dernièrement. Mais voici que L’Indice est de retour avec un EP tout à fait intéressant. Entouré d’une bande de musiciens talentueux, il lance cinq pièces qui valent le détour. Le premier simple Cecil a déjà fait un tour de piste dans nos 3 Étoiles, mais on y trouve aussi la rock Infiniment petit et la dansante Dans l’oreille.


 

CLIPPING – WRIGGLE

a1293675512_10La formation de rap américain avait fait tout un coup avec l’excellent Clppng en 2014. Voici qu’ils nous envoient un nouvel EP intitulé Wriggle. C’est encore une fois très réussi. MC Daveed Diggs est en pleine forme et possède toujours son débit narratif rapide et précis. On les retrouve encore plus mélodieux qu’auparavant comme le démontrent les excellentes Shooter et Back Up. La pièce titre démontre à quel point le rappeur est capable de lancer des rimes plus rapidement que Takeru Kobayashi avale des hot-dogs. Ce n’est pas peu dire.


 

CRI – TELL HER

a2251506230_10Christophe Dubé est en train de se forger une réputation enviable à l’international. Ce jeune producteur montréalais tisse de somptueuses trames qui mélangent sensualité, ambiances veloutées et rythmes entraînants. Les sonorités scintillantes sont sa principale arme et ils les utilisent habilement. On pense au travail de Jamie XX et un peu à ce que fait Kaytranada. Sur Tell Her, il fait aussi appel à des voix féminines intéressantes dont Ouri, Odile M et Gabriella Hook sur la réussie Don’t.


 

LOS – SMALL SURF

a1733584711_10La formation québécoise présente Small Surf, un avant-goût de ce qu’on retrouvera sur Big Surf. Les trois chansons mettent de l’avant une indie-pop rêveuse très mélodieuse sans non plus tomber dans le trop sage. On y retrouve des influences des Beach Boys tout comme d’Elvis Costello et de Ride. L’entraînante Baby & I et la léchée Woodden Matter sont toutes deux remplies de sonorités de guitares claires. C’est chatoyant et plaisant pour les oreilles.


 

ESKIMO – DANCING SHADOWS

a2453517847_10Avant de se lancer en solo, Eskimo jouait au côté d’Erwann Corré, architecte du groupe De La Jolie Musique. On reconnaît l’influence chez elle tout comme celle de PJ Harvey dans sa façon d’aborder la chanson. Elle possède la même approche, toujours un peu champ gauche axé sur la guitare et la voix. On peut facilement classer Eskimo dans la même famille musicale que Sharon Van Etten ou encore Scout Niblett. On craque pour la mélancolique Lame Girl, la mélodieuse Run Mind et l’électrique Red Umbrella.


 

THE BLAZE VELLUTO COLLECTION – WEATHERMAN (DEMO)

a3946175334_10On en connaît très peu sur The Blaze Velluto Collection, outre que c’est un musicien de Québec qui a compté sur l’apport de Guillaume Chiasson pour enregistrer un premier démo de trois pièces. L’autre chose qu’on sait, c’est que c’est pas mal bon. Coulé dans un moule de folk psychédélique des années 60, le chanteur se débrouille à merveille et possède une voix unique et caractérielle. On y trouve des chansons à l’âme vieille et charnue. C’est touchant, émouvant et tout à fait réussi.
 


 
 
 

AURORE JUIN – AMOUR

a2664183066_10L’auteure-compositrice-interprète Aurore Juin a fait paraître son premier EP le 31 mai dernier. Active sur la scène montréalaise depuis dix ans, elle arrive maintenant avec son propre projet. Ses atmosphères sont légères et sombres à la fois. La mélancolie prend ses aises autant dans la voix de la jeune femme que dans les rythmes lancinants de pièces telles que Je sais. On aime la mélodieuse et marginale Prédateurs qui fait l’étalage de ses qualités vocales. Ça vaut le détour.


 

LAURA CAHEN – O

a1215960430_10Laura Cahen est une jeune femme remplie de talent qui, du haut de ses 25 ans, prouve qu’elle a déjà atteint une maturité musicale peu commune. Elle nous offre avec O une pop qui flirte avec l’orchestral et qui ne fait rien de façon convenue. Ça ressemble un peu à Klô Pelgag, mais avec des textes plus terre à terre dans leur poésie. C’est très intéressant et ça ouvre l’appétit pour son premier album qui arrivera à l’automne. Elle s’acclimate aussi bien à la guitare qu’au piano et on la retrouve aussi sublime sur Réverbère Que Je te tue.


 

Les EP de mai 2016

NAVET CONFIT – EP7

a2306419812_10On vous a déjà parlé de notre amour de Navet Confit au Canal Auditif. En tout cas, moi, je tripe fort. Voilà que le grand manitou de la chanson pop perdue dans le champ gauche nous parachute un petit EP de chansons non retenues pour l’excellent LOL. On se rend rapidement compte que toutes les pièces plus calmes, planantes, où la guitare acoustique est reine, étaient passées au couperet. C’est avec plaisir que Navet nous chante ça tout doucement aux oreilles, avec en bonus, l’excellente Ton voyage. Triangles est particulièrement belle, touchante, mélancolique et douce. Un côté vulnérable du jeune homme qu’on voit rarement.


 

LA BRONZE – ROIS DE NOUS

a2897849603_10Nadia Essadiqi revient au galop avec Rois de nous: un six pièces qui comprend sa populaire reprise de Formidable de Stromae, mais en arabe. Ce coup fumant sur Internet lui a permis de traverser l’Atlantique pour aller présenter ses excellentes chansons de pop synthétique. On trouve sur Rois de nous des petites surprises comme les influences de Jamie XX sur la chanson-titre, la mélodieuse Monarque et une pièce avec Hologramme titrée Mangez nos cœurs. Il faut dire que Clément Leduc, qui fait partie du groupe, est aussi un fréquent collaborateur de la jeune femme.


 

ON A CRÉÉ UN MONSTRE – THÉÂTRE DES CATASTROPHES

a0195424048_10Le groupe québécois On a créé un monstre nous a surpris au début de mois avec un EP où les guitares étaient laissées de côté pour laisser plus de places aux claviers. Théâtre des catastrophes est une petite galette pleine de mélodies plaisantes pour les tympans; du rock intelligent même si ce n’est pas révolutionnaire. C’est une très belle surprise hyperefficace que nous offre le groupe. C’est hits sur hits sur hits. Je me demande comment ça se fait que ces chansons ne tapissent pas le Billboard!


 

BRAIDS – COMPANION EP

braids_companion_digitalLa formation montréalaise Braids revient avec Companion; un EP qu’ils ont enregistré en août dernier lors d’une pause entre deux tournées. Le groupe semble en pleine ébullition puisque Deep In The Iris est paru il y a à peine un an. Voici qu’ils nous proposent non pas des restes des enregistrements précédents, mais plutôt du nouveau matériel écrit pour le maxi. Si l’album précédent était une virulente critique féministe, Companion est plus tournée vers les problèmes du quotidien. On y parle de relations amoureuses, de la vie et des questionnements de jeunes adultes. Encore une fois, c’est réussi pour Braids.


 

JET BLACK/DEAD HORSE ONE – SPLIT EP

a1261327836_10Vous connaissez peut-être Francis Berthelot pour ses critiques d’albums de groupes de shoegaze sur Le Canal Auditif? Mais nous, on l’a surtout connu en tant que membre de la formation Jet Black. Voici que le groupe arrive avec un «split» en compagnie du groupe français Dead Horse One. Ces derniers offrent une chanson à la distorsion chaude et au rythme entraînant. Pour ce qui est de l’ami Berthelot, son groupe nous lance une Old Kings tout à fait satisfaisante. L’alliance des deux formations est très naturelle, leurs sons étant complémentaires. De quoi faire une découverte!


 

CHANTAL ARCHAMBAULT – À HAUTEUR D’HOMME

a0684007398_10La jolie rouquine-cowboy de l’Abitibi lance un nouvel EP ce mois-ci. Un retour à son projet solo après avoir fait paraître Saratoga en compagnie de son amoureux Michel-Olivier Gasse. Son retour est un tantinet moins country et pas mal plus folk-pop. On y retrouve des chansons mélodieuses qui font parfois penser aux Sœurs Boulay (Le jeu des accroires) et d’autres dépouillés comme Dos d’âne, chantée en grande partie seule au piano. C’est, comme à l’habitude, doux d’écouter Archambault nous chanter ses ritournelles qui nous réconfortent.
 


 

MICHÈLE O – L’AMOUR VIOLET

a2793322107_10La chanteuse folk rock Michèle Ouellette est de retour avec un EP de cinq chansons. Toujours aussi contagieuse avec ses mélodies vocales qui restent prises dans les neurones, elle se promène toujours dans le sillon creusé par Assise dans ma tête, parue en 2012. Au niveau des bons coups, Tu souris pour lui plaire (ou lui montrer les dents) fait belle figure avec son histoire d’hésitation amoureuse. La plus mélancolique, Entre chien et loup, touche aussi la cible en plein cœur.
 


 

PONTEIX – J’ORAGE

CiXv7B6UUAAKgdKLa formation Ponteix avait fait belle figure aux Francouvertes avec son rock progressif funky. Voici que la formation saskatchewanaise lance J’orage, un maxi de quatre chansons chantées dans les deux solitudes. Des chansons que ceux qui étaient de la partie au Lion d’Or se rappelleront. Intéressant d’entendre en version studio ce que donne les compositions indie-rock de la formation. Chasing The Sun est entraînante alors que Béat mise sur un groove non négligeable.


 

DREAMBOY – ENDINGS

a2270048670_10Dreamboy est le projet solo d’Esther Isabel qui joue des claviers dans la formation canadienne TR/ST. Ne vous méprenez pas non plus avec la formation des années 80. On est totalement ailleurs. La jeune femme propose un électro-pop tourné vers le velouté et le sensuel. On pense à TR/ST entre autres, mais aussi à Phantogram et FKA Twigs. La chanson-titre est particulièrement efficace et se démarque du lot.


 

MUSIQUE POST-BOURGEOISE – ELECTRACK

13296039_10156907618955065_1318236111_nIls avaient séduit quelques collaborateurs au Canal Auditif lors de la sortie de L’Obstacle en 2014. Ceux qui étaient trio sont maintenant duo depuis le départ de Constantin Leu. Un peu à la manière du groupe Institut, ils font de l’électro-pop contestataire tourné vers le verbe. Sur Electrack, ils sont de retour toujours aussi dandy et cinglant. Olivier Urman s’amuse à nous confronter sur une Aimez-vous à mi-chemin située entre le questionnement et l’impératif. Le rouleau laisse aussi sa marque avec ce texte intelligemment construit autour d’une allégorie basée sur le ruban adhésif à double face. C’est anarchiste, revendicateur, puissant et confrontant.
 


 

Les EP d’avril 2016

SOLIDS – ELSE

a3008113266_2On a droit à tout un mois pour ce qui est des maxis. Celui en tête de liste n’est nul autre que le retour de la formation Solids qui nous partage quatre nouvelles chansons sur Else. Pour cet enregistrement, le duo est devenu trio en ajoutant le très capable Guillaume Chiasson (Ponctuation, Jesuslesfilles) au mélange. Else est un peu plus dissonant que Blame Confusion et nous rappelle encore plus les meilleurs moments de Dinosaur Jr. Vraiment, c’est un EP à vous mettre dans les oreilles. Du bonbon.
 
 


 
 

LOUD LARY AJUST – ONDULÉ

a3898773149_10Le trio de rap a frappé un grand coup en 2014 avec la sortie du très réussi Blue Volvo. Un buzz s’est formé autour des trois Montréalais qui ne s’est jamais tu. Voici qu’après un an et demi, les garçons nous reviennent avec cinq nouvelles chansons. On reconnaît les influences contemporaines du rap américain, passant de Drake à Vince Staples. Clay Davis qui ouvre la marche est particulièrement réussi et compte à la fois sur une prose habile, un débit impressionnant et une mélodie qui reste prise dans les neurones.
 
 


 
 

LE HUSKY – ÉCHEC ÉROS

a3658926457_10Le Husky est de retour, cinq ans après la sortie de La Fuite, avec un mini-album intitulé Échec Éros. Yannick Duguay n’a pas perdu la main et nous offre cinq pièces de pop un peu rock et tout à fait plaisantes pour les oreilles. La groovy Les Chiens accroche rapidement l’oreille, la mélancolique et voluptueuse Dans la neige nous rappelle le jeune Yann Perreau, Les Chars me rentrent dedans est aussi très réussie avec sa poésie surprenante. Échec Éros valait les cinq années d’attente.
 


 

LES GUERRES D’L’AMOUR – J’TE VEUX GRAVE

a2163612412_10Les Guerres d’l’Amour reviennent avec un nouvel EP. Après le très appréciable Unisexe, le groupe a participé aux Francouvertes en 2015 en plus d’apparaître plusieurs fois sur scène. Voici qu’ils nous offrent quatre nouvelles chansons qui gardent toujours leur approche funk à l’os, mais qui fait plus de place aux synthétiseurs qui portent des sonorités décidément eighties. Notons la chanson-titre qui est délicieuse pour les oreilles et ChAuD CoMme La LaVe qui donne envie de se shaker le popotin dans son salon/chambre/rue devant les passants.
 
 


 
 

COM TRUISE – SILICON TARE

artworks-000150044371-84pwox-t500x500Com Truise affectionne particulièrement le cosmos et c’est là qu’il nous amène encore une fois sur Silicon Tare. On retrouve sur ce nouveau maxi la suite logique à son album In Decay paru en 2012. L’amateur du projet de Seth Haley ne sera pas désorienté par ce qu’il nous propose sur la nouvelle galette. Diffraction se fait plutôt dansante alors que Du Zirconia est légèrement plus. Les rythmes sont toujours très contagieux et Truise offre des trames qui évoquent les néons des années 80 à tous coups.
 


 

BABY IN VAIN – FOR THE KIDS EP

BABY-IN-VAIN_For-The-Kids-EP_1500x1500_300dpi_2048x2048Le trio danois Baby In Vain s’en vient conquérir l’Amérique grâce à leur signature avec Partisan Records. Pour amorcer cette invasion, le trio composé de Lola Hammerich, Benedicte Pierleoni et Andrea Thuesen, lance le mini-album For The Kids. Et mes amis, c’est du solide. La bande toute féminine nous offre un grunge-blues bruyant et inspiré. Martha’s View possède une mélodie mélancolique et languissante, Muscles montre le côté plus lourd du trio alors que Jesus Freaks montre leurs habiletés à faire du bruit.
 


 

MARIE-CLAIRE – SCAPHANDRE

a3711796841_10Marie-Claire, c’est un peu la rockeuse glauque de Sudbury. La jeune femme, qu’on a pu voir aux Francouvertes cette année, fait paraître Scaphandre un maxi qui marque un nouveau départ. En plus de sentir que la jeune femme possède une direction claire, elle s’est bien entourée pour l’enregistrement. Joseph Marchand, Philippe Brault, Samuel Joly et Guido Del Fabbro font tous partie de la bande. Comme on peut s’y attendre, le résultat est bien réussi. Vous trouverez sur Scaphandre un rock yé-yé dénué d’agressivité, mais avec beaucoup de noirceur.
 
 


 

BERMUDES – FILLES ALLÉGORIQUES

a1882018157_10La formation Bermudes commence à faire ses dents sur la scène locale. Depuis quelques mois, la formation offre des spectacles et après quelques modifications, voici qu’elle nous envoie de la musique à se mettre dans les oreilles. Le maxi Filles allégoriques nous fait découvrir la bande qui propose un indie-rock mixant des influences punk et d’autres plus nineties comme Indochine. Le mélange est réussi, on sent que la personnalité musicale du quatuor est déjà bien établie. La descente, Filles allégoriques et Animal devrait vous convaincre de leur donner plus d’une «spin».
 
 


 

LES LOUANGES – LE MERCURE

a1559535278_10Il y a deux semaines environ, je me suis rendu dans la Vieille Capitale et j’ai été prendre une petite bière avec les collègues Jean-Simon Fabien et Marie-Ève Muller. Juste avant d’aller attraper un autobus, la deuxième m’a dit: «T’écouteras Les Louanges, je pense que tu vas aimer». Elle n’avait pas tort. Le groupe indie-rock atmosphérique incorpore dans sa musique des influences allant de Mac DeMarco à Karkwa. Cela ne veut pas dire qu’ils ne s’énervent pas le poil des jambes à l’occasion comme le démontre La bombe Atomichaëlle. Bref, c’est sympathique et ça se prend très bien.
 
 


 

WILLIS EARL BEAL – THROUGH THE DARK

willisearlbealthroughthedarkepartworkVous vous souvenez de Willis Earl Beal qui avait fait belle figure avec son album Nobody Knows il y a deux ans? Eh bien, le barde est de retour avec un EP intitulé Through The Dark. Fidèle à son habitude, on y retrouve un blues champ gauche qui n’hésite pas à plonger dans la marginalité et les côtés plus sombres de l’être humain. La chanson-titre de l’album raconte d’ailleurs l’errance d’un sans-abri au cœur de Portland, la ville «hipsterienne» par excellence. Le maxi est aussi étrange qu’intéressant et à certains moments Beal nous tient avec un air accrocheur et ne nous lâche plus.


 

Les EP de mars 2016

ROSIE VALLAND – NORD-EST

a0435133615_10Rosie Valland a le vent dans les voiles. Après un album acclamé par la critique l’année passée, la jeune femme propose déjà un nouveau maxi en ce début d’année. Encore une fois réalisé par Jesse Mac Cormack qui y joue aussi quelques instruments, le mini-album compte aussi sur l’apport des frères Levac (Pandaléon). Il y a de pas pires tounes dont L’isle, Nos guerres et la mélancolique Calmer le vent qui se scinde en deux parties. Si vous avez aimé l’album, Nord-Est sera une belle addition à votre discographie.
 


 

PHILÉMON CIMON – PSYCHANALYSEZ-VOUS AVEC PHILÉMON CIMON

a1804920858_10Philémon Cimon avait encore quelques chansons en banque tirées des sessions d’enregistrement de Les Femmes comme des montagnes paru l’année dernière. Il nous livre le tout en début d’année, accompagné d’un projet de photo-chanson. Philémon fait rarement les choses à moitié et ce nouvel EP est bien plus quelques chansons qu’il n’a pas jugé bon de mettre sur son dernier album. On y retrouve cependant le même esprit un peu plus rock. C’est quatre chansons bien plaisantes pour les tympans.
 


 

OKTOPLUT – LA SORCIÈRE DE ROCHE

a4237778299_10Oktoplut est de retour! Et pas n’importe comment, le duo dynamique nous arrive avec une pièce qui fait près de vingt minutes. La Sorcière de Roche est un long morceau progressif où le rock est lourd avec les influences habituelles dites stoner et métal artistique. La distorsion est délicieuse et les variantes sont bien imbriquées les unes dans les autres. Ça fait un maxi bien plaisant pour l’amateur de rock de type lourd. Ça devient un peu atmosphérique avec des influences doom. Bref, c’est réussi encore une fois.
 


 

TREVOR SENSOR – TEXAS GIRLS AND JESUS CHRIST

JAG281dig1-1024x1024Nous vous avons présenté la pièce-titre de ce premier EP de Trevor Sensor il y a quelques semaines. Le jeune chanteur folk vient de l’Illinois et possède une voix atypique à la Bob Dylan. Ses chansons passent d’un folk très conventionnel à des pièces rafraîchissantes et surprenantes. Le barde possède un excellent sens pour raconter des histoires. Satan’s Man en fait la démonstration avec aplomb. Ce sera un artiste à suivre dans les prochains mois puisqu’il détient déjà un contrat de disque en main de chez la prestigieuse maison Jagjaguwar.


 

HOWARD – PLEASE RECYCLE

49076-please-recycleLa formation Howard nous fait part de sa conscience de mère Gaïa sur ce nouvel EP titré Please Recycle. Vous y trouverez que des matières qui se retrouvent dans le bac à recyclage, à tout le moins dans le titre des chansons. Mais ça va plus loin. En fait, le groupe a créé de nouvelles compositions en utilisant seulement des sons et des échantillons de leur premier album Religion; disque paru l’année dernière. Ne pensez pas qu’il s’agit d’un maxi de remix pour autant. Nous avons devant les yeux cinq nouvelles compositions électroniques construites à partir de leur «vieux stock». Le vieux étant très relatif ici.
 


 

PANDACIDE – L’HOMME ESCABEAU

a3340935430_10Tu te demandes pourquoi le nom de Pandacide? Parce que leur rock sonne comme un panda sur l’acide. C’est la réponse candide que nous offre la nouvelle formation rock psychédélique qui détient un lourd penchant pour le dream pop. L’Homme Escabeau est une belle carte de visite pour le quatuor qui compte parmi ses rangs Jean-Bruno Pinard qui a réalisé de nombreux albums intéressants dont ceux de Câltar-Bateau et coréalisé Shenanigans de Fire/Works. C’est pas mal intéressant comme premier maxi et ça donne envie d’en entendre plus de la formation.
 


 

CHERUBS – FIST IN THE AIR

a3961699529_10L’année dernière, le groupe Cherubs a fait paraître l’excellent 2 Ynfynyty qui s’est faufilé au 22e rang de notre top 50 de 2015. Le groupe américain n’est pas en reste puisqu’il fait paraître un nouvel EP intitulé Fist In The Air. Le bonheur semble revenu à la maison et la créativité a suivi de près. Ces chansons ont été enregistrées après la sortie de l’album, la formation étant dans un état de bouillonnement créatif total. Le maxi est une excellente suite et on souhaite que ce ne soit que le début pour le groupe.
 


 

CHARLES ROBERT – SUR LE CHEMIN

a4046749853_10Charles Robert a un parcours bien fourni avant d’arriver avec son maxi Sur le chemin. Il a accompagné sur scène Dumas, Véronique Dicaire et Alex Nevsky. Celui qui possède un petit quelque chose de Pierre Lapointe dans la voix a aussi passé par le Festival International de la chanson Granby en 2014, raflant au passage le prix de la SOCAN. Voici qu’il propose son EP titré Sur le chemin pour nous présenter ses chansons dont l’excellente J’irai. Épaulé par Philippe Brault derrière la console, le jeune homme nous donne un avant-goût de ce dont il est capable.
 


 

EGO DEATH – GRIEF

a2987396337_10Ego Death, c’est le projet de Joey Proteau, musicien de Québec qui nous offre un folk atmosphérique qui rappelle vaguement Bon Iver. Mais très vaguement. C’est beaucoup plus alternatif dans le son. Les cinq pièces se défendent bien avec leurs mélodies efficaces et leurs sonorités riches. Le jeune homme possède une voix fantomatique et fragile qui s’accorde bien avec le tout.
 
 


 

TOPIUM – EP

78b2502ae3f251e226992fec99813d45_250x250Topium, c’est la rencontre de Jérôme Dupuis-Cloutier et Jonathan Gagné. Ensemble, les deux jeunes hommes font de l’électro-jazz bien intéressant aux sonorités chaudes. Ça donne envie de se dandiner même si l’on ne flirte pas ici avec l’électro-swing. Les rythmes sont accrocheurs et rapidement on se retrouve prisonnier/complice de la musique du duo. Ça vaut le détour.


 

Les EP de février 2016

BRONSWICK – CHASSÉS-CROISÉS

12722565_10154454335918943_1216245964_oLa formation Bronswick avait déjà fait paraître le très apprécié maxi Errances en juin dernier. Ils manient autant l’électro que le R&B avec habileté et frappent un coup solide avec Chassés-Croisés. Les cinq pièces brillent par leurs sonorités riches, leurs mélodies intoxicantes et leurs atmosphères limpides. On craque particulièrement pour la pièce Un degré de séparation qui rivalise de sensualité et qui rappelle vaguement FKA Twigs.


 

THIERRY BRUYÈRE – DEUX PLANÈTES

thierry-bruyc3a8re-deux-planc3a8tesLe premier album de Thierry Bruyère a maintenant 4 ans. Il était temps que celui-ci nous revienne avec de la nouvelle musique. Il nous envoie Deux Planètes, un nouveau maxi qui annonce un album complet à paraître. Il comptait sur une équipe d’enfer pour ce nouveau mini-album: Pilou (Peter Henry Phillips), Navet Confit, Navert, Lydia Champagne (Navet Confit, Cou Coupé) et Alex Gendron. Ça donne un résultat bien intéressant.
 
 


 

LES CHIENS – EP

130a6e10a54bef2897dc0fe69a80ecb2_250x250Éric Goulet délaisse momentanément le country pour revenir à ses premiers amours, Les Chiens. Le groupe de rock réapparaît comme fleur au printemps avec un EP bien intéressant. Déjà, le premier simple La chambre des tempêtes laissait entrevoir une autre galette bien plaisante pour les oreilles. Marc Chartrain, André Papanicolaou et Nicolas Jouannaut sont aussi en forme. Le dernier signe la mélodieuse Les fantômes alors que le groupe fait aussi une reprise de la sympathique Rejoins-Moi d’Alexandre Désilets.
 


 

LA GUILLAUMANSOUR EXPÉRIENCE – MOUNE EP

a1418815183_10Guillaume Mansour est un homme occupé ces temps-ci. Celui-ci vient tout juste de participer à la deuxième soirée des Francouvertes et il sera de nouveau sur la scène du Lion D’Or avec Perdrix en mars. Il nous a aussi fait le plaisir de lancer le maxi Moune au début de mois de février. On y retrouve certains titres parus un peu plus tôt dont Le Mât et Viande d’humain. Une autre réalisation de Navet Confit qui réalise plus vite que son ombre ces jours-ci. Il nous offre cinq pièces tout à fait intéressantes qui nous présentent une personnalité exubérante, folle et enivrante.


 

BISON BISOU – REGINE

a2456582324_10Il y a quelques mois, nous vous avions présenté le simple DDD de Bison Bisou. Il fait partie de l’EP Regine et bien que la date de parution était en 2015, on pense que ça vaut vraiment la peine que tu t’attardes à cette formation française. Leur punk-indie-rock est ultra-efficace. Ils savent varier tout en gardant un son conséquent et intéressant. Alors qu’on a l’impression d’avoir fait le tour de l’indie-rock, Bison Bisou nous rappelle que non.


 

RINCE-DOIGT – PLINTH

a2283238034_10J’ai souvent fait des professions de foi envers la scène punk/rock de Bruxelles qui, à mon avis, est l’une des plus riches et inventives au monde. Rince-Doigt est issu de cette scène et Plinth me donne encore raison. La formation fait un mélange de math rock et de post-rock qui est à tout point de vue satisfaisant pour le mélomane. C’est parfois funky, parfois groovy, parfois mélancolique, mais toujours très intéressant. Un groupe à découvrir.


 

POPLÉON — INSOMNIAQ

a2182211511_10Popléon est une formation de Québec qui gravite autour de la chouette communauté du Pantoum. Ceux-ci font paraître ce mois-ci un nouveau maxi qui s’inscrit dans la continuité. Leur électro-pop parfois groovy, mais toujours mélancolique est bien efficace et The New Crown fait belle figure. C’est groovy, souvent glauque sans non plus devenir lourd outre mesure.
 
 
 


 

MILOT – ICI

a3907546971_10Il existe peu d’information sur le web concernant le projet Milot. Son premier EP est paru à la fin du mois de janvier et fait écho à Bon Iver et autre barde de l’indie folk. C’est intéressant, puisque ça évite le racolage, tout en évitant d’être trop proche des inspirations. C’est parfois un peu conventionnel et facile, mais on lui pardonne, ce n’est qu’un premier album après tout. Une chose est sûre, Milot a trouvé sa personnalité sonore, il chante avec adresse et sait composer de bonnes chansons.
 


 

AVALON BLUE – FOLK EP

a2948965823_10Donovan Thorimbert est originaire de la Saskatchewan, mais comme bien des jeunes gens, il habite Montréal pour ses études. Cela tombe bien, puisque Donovan aime la musique et Montréal aussi. Il a fait paraître dernièrement un EP simplement intitulé Folk. Il s’inscrit dans la tradition du folk américain et chante la solitude, l’éloignement, l’amour et toutes ces choses touchantes qui font partie de nos quotidiens.
 


 

MERIVAL – LOVERS

a4279529126_10Merival est le projet solo d’Anna Horvarth, une résidente de la Ville-Reine. Sur Lovers, elle nous offre des chansons folk qui chantent ces amours intenses et éphémères que nous vivons avant notre 20e année d’existence. Ces amours adolescents comportent leur lot de magie et Merival réussit adroitement à en extirper la naïveté et la tragédie. Sa voix cristalline porte bien les scintillements de ces folies de jeunesse, de quoi vous plonger dans un élan de nostalgie.