Critiques

Sufjan Stevens

The Ascension

  • Asthmatic Kitty
  • 2020
  • 81 minutes
8
Le meilleur de lca

Sufjan Stevens nous a habitués à des sorties de qualité et il ne déroge pas de son habitude avec The Ascension. En 2015, Stevens lançait le très intime Carrie & Lowell, une œuvre qui parlait du deuil de sa mère qu’il avait dû faire dans un passé plutôt récent. Depuis, l’Américain a lancé un album live, a signé la bande originale du film Call Me By Your Name sur laquelle on retrouve l’excellente Mystery of Love. Il a aussi lancé une pièce titrée Tonya Harding, inspirée par la patineuse artistique controversée et un album collaboratif avec son beau-père Lowell Brams et beaucoup plus. Bref, Sufjan n’a pas chômé en 5 ans.

Voici qu’il nous présente son 8e album qui laisse de côté l’intimité quasi acoustique de Carrie & Lowell pour revenir à un son plus imposant à la Age of Adz. Les glitchs, les effets électroniques, les envolées musicales font de nouveau la loi sur un album pendant lequel Sufjan Stevens semble faire un constat sur l’Amérique contemporaine. Fidèle à son habitude, une partie de ce discours se transpose à travers des textes qui parlent de relation amoureuse. Évidemment, c’est rarement simple.

Commençons tout de même avec America, le simple que Sufjan Stevens a présenté en premier et qui clôt l’album. Avec ses « Don’t do to me what you did to America », il y a une plainte répétée maintes fois qui implore le destinataire de ne pas le plonger dans le même genre de chaos et de la division qui règne en ce moment dans la société américaine. Cette pièce, d’abord écrite en 2014, s’est imposé comme un fer de lance sonore pour The Ascension, mais on y trouve aussi un thème qui sera présent tout au long du disque : le désir de vivre sa vie comme il l’entend sans se plier aux exigences populaires qui demandent trop souvent que du pain et des jeux. Dans le même ordre d’idée, Video Game approche la question sous un angle différent, mais en véhiculant le même message. Plus dansante, celle-ci est entraînante et est plus dans l’énergie globale du projet.

Parmi les autres bons coups, on note Sugar, Lamentations, la magnifique Make Me An Offer I Cannot Refuse et Ativan. Des pièces qui comptent toutes sur des mélodies vocales aussi variées qu’efficaces. Par contre, des pièces comme Death Star, Goodbye to All That compte sur des sonorités très stridentes. Si vous avez l’oreille faite comme la mienne, ça risque de vous créer carrément un inconfort.

Cependant, malgré tout cela, il n’y a pas de pièces faibles pour autant sur The Ascension. Au pire, c’est correct, au mieux c’est franchement réussi. The Ascension n’est pas un album qui va se classer parmi les meilleurs de l’Américain. Illinoise, The Age of Adz et Carrie & Lowell resteront des albums supérieurs, mais on doit tout de même offrir notre respect à Sufjan Stevens qui refuse systématiquement de faire du surplace dans ses créations.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.