Critiques

Menace Beach

Ratworld

  • Memphis Industries
  • 2015
  • 33 minutes
6,5

Menace Beach - RatworldSoyons francs: de façon générale, il est très difficile de ne pas se méfier des groupes qui bénéficient d’une reconnaissance presque instantanée avant même d’avoir publié un premier album. Combien de fois avons-nous assisté à la mise en valeur trop précoce et complaisante de formations qui se sont royalement dégonflées, le temps venu de «livrer la marchandise»? La patience est une vertu, comme disait un certain sage, et il ne faut pas craindre d’avancer lentement, il faut seulement appréhender l’inaction. Afin de ne pas tirer de conclusions trop hâtives, l’une des meilleures façons de se forger une opinion éclairée quant à la valeur d’un groupe est de: 1) s’informer sur l’histoire et la démarche artistique de celui-ci et 2) écouter l’album qui est proposé – à plusieurs reprises si possible – afin de ne pas échapper d’éléments clefs.

Tirant son nom d’un jeu paru sur la Nintendo en 1990, Menace Beach est une formation noise pop fondée en 2012 à Leeds, en Angleterre. Le groupe est composé de Ryan Needham et de Liza Violet, ainsi que d’une brochette de collaborateurs, qui inclut notamment Matthew Johnson (MJ) du groupe rock psychédélique Hookworms. MJ est aussi celui qui sitedemo.cauit et enregistre le matériel de Menace Beach. Cela dit, avec deux maxis (Dream Out et Lowtalker) et un disque sept pouces sous la cravate, le groupe a aussi pu bénéficier d’une impressionnante couverture médiatique passant du NME au Guardian. À cet effet, on comprend bien pourquoi les attentes vis-à-vis la sortie de Ratworld étaient assez élevées.

Que doit-on alors penser de ce premier long jeu de Menace Beach? Dès les premiers accords de Come On Give Up, on cerne assez rapidement les grandes lignes artistiques qui orientent le groupe dans sa quête musicale. On suppose d’ailleurs que les membres du groupe ont fort probablement dû écouter en boucle l’album Major Arcana de Speedy Ortiz dans leurs élans créatifs. La ressemblance entre les deux albums est frappante. On navigue dans la même mouvance stylistique, c’est-à-dire un rock propulsé par des rythmiques nerveuses se fondant dans des jeux de guitares sales, bruyantes et abrasives, et qui s’inspirent du travail des bonzes du rock alternatif du début des années 90.

Mais au-delà des influences légendaires que l’on pourrait inlassablement énumérer (c’est-à-dire : Nirvana, Sonic Youth, Dinosaur Jr., Pavement, etc.), Menace Beach partage aussi des similarités avec plusieurs formations grunge de la première vague qui ont été injustement oubliées au fil du temps (pensons ici à Monsterland ou The Spinanes). Un menu assez intéressant pour les amateurs du style qui auront cependant une certaine difficulté à cerner précisément l’identité propre du groupe. Voilà donc le principal problème de Ratworld; bien que les douze chansons de l’album soient très bien exécutées, Menace Beach ne réussit jamais à nous convaincre qu’il s’émancipe entièrement de ses influences. Plusieurs chansons telles que Tennis Court et Tastes Like Medecine captent définitivement notre attention par des refrains très bien ficelés; cependant, ce n’est qu’à la dernière pièce de l’album, Fortune Teller, que Ratworld prend véritablement (et tristement trop tard) son envol. Véritable hommage à Medicine, ce titre s’avère être le plus sombre et sans contredit le plus accompli de l’album.

Au final, est-ce que l’on peut affirmer que Menace Beach livre la marchandise avec Ratworld? Nous aurions tendance à dire à la fois «oui» et «non». C’est cependant grâce à quelques bonnes idées parsemées ici et là sur un album assez réussi dans son ensemble que l’on peut présager un bel avenir pour le groupe. Par contre, avec des membres qui sont impliqués dans une multitude de projets variés, il s’avère être difficile d’anticiper, à l’heure actuelle, comment le groupe évoluera. C’est donc un dossier à suivre.

Ma note: 6,5/10

Menace Beach
Ratworld
Memphis Industries
33 minutes

https://www.facebook.com/menacingbeaches

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.