Critiques

Maybe Watson

Enter the dance

  • Coyote Records
  • 2019
  • 34 minutes
7

Pour ce premier album complet en 8 ans, Maybe Watson revient avec un projet un peu éclaté qui inclut aussi une websérie en deux parties qui raconte l’histoire de Baby, un ancien danseur de hip-hop new-yorkais qui a dû abandonner son projet en raison d’une blessure. L’album suit un peu aussi l’évolution de ce personnage avec ses nombreux hauts et bas.

De tous les rappeurs issus de la famille d’Alaclair Ensemble, Maybe Watson a toujours été le drôle, mais aussi celui qui inscrit des références artistiques surprenantes dans ses paroles. Parce qu’il y a ça chez Maybe Watson, un genre de rap du plateau, de gars éduqué qui cherche toujours à t’en mettre plein les oreilles avec une tournure de vers qui te prend par surprise.

Il le fait sur Enter the dance avec des vers comme : « André Breton, ‘n’a déjà un d’ins surréalistes » en jouant sur le roman culte de Breton : Nadja. Mais les références ne sont pas justes littéraires. Koga’s Trap est une référence à une carte Pokemon qui rend l’adversaire empoisonné et étourdi. Pour suivre tout ça, Maybe Watson livre des vers à une rapidité et une agressivité bien intéressante. À l’opposé, son côté plus sensible se montre le bout du nez sur Downtown.

Quelques collaborations sont présentes sur Enter the dance. Juulie accompagne FouKi et Kevin Na$h qui font bien et apporte des approches différentes qui permettent d’aérer l’album. Même son de cloche du côté de Pablo MezaKaytranada et Joe Rocca font une apparition. Il faut absolument saluer le rap du second qui frappe fort avec de bonnes lignes.

Il y a beaucoup de bonnes choses sur Enter the dance et d’idées intelligentes. Des fois trop. Il y a quelques occasions où ça reste au stade de concept plutôt qu’une application entièrement développée. Ça n’en fait pas un album raté non plus. Il ne faut pas charrier. Ça donne juste l’impression que ça aurait pu être plus encore.

L’autre côté qui frappe fort sur Enter the dance, ce sont les inspirations musicales américaines qui sont là. On retrouve des références aux années 90 comme à A$AP Rocky. Et bien sûr un peu de référence à Drake. Parce qu’après tout, c’est encore Maybe Watson.

Enter the dance est un album bien intéressant de la part de Maybe Watson et qui prouve à quel point il y a du talent de fou dans la famille d’Alaclair. La raison de la réussite du groupe réside dans la combinaison des talents de chacun des membres. Honnêtement, ça se passe tellement bien qu’on n’imagine plus la fin. Tant mieux!

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.