Critiques

Jim O'Rourke

Simple Songs

  • Drag City
  • 2015
  • 38 minutes
7,5

Jim O'RourkePour être bien franc avec vous, ici, on connaît beaucoup plus Jim O’Rourke le réalisateur que Jim O’Rourke le songwriter. Pour ceux qui l’ignoraient, le musicien originaire de Chicago a joué un court moment dans sa carrière avec Sonic Youth et a surtout réalisé/mixé/finalisé le sublime Yankee Hotel Foxtrot de Wilco. Disons que la bande à Jeff Tweedy lui doit une fière chandelle! Cela dit, le vétéran fait paraître cette semaine un album en mode solo titré Simple Songs.

Et quelle ne fut pas notre surprise d’entendre O’Rourke nous présenter un disque amalgamant une pop orchestrale inspirée de Burt Bacharach, un folk rock à la Wilco et un peu de rock sans fioriture? On s’attendait, disons, à un disque plus labyrinthique et obscur que ça! Cependant, si la surprise a été grande, le plaisir, lui, s’est bonifié au fil des écoutes. Même si le bonhomme possède la réputation de brouiller les pistes lorsqu’il porte le chapeau de réalisateur, on peut avouer que l’inclinaison accessible des chansons du vieux briscard est très satisfaisante.

O’Rourke n’est pas un grand chanteur, loin de là, mais le mélodiste s’en tient à des inflexions vocales confidentielles assez opérantes. Musicalement, on adore l’idée de positionner à l’arrière-plan dans le mix les orchestrations de cordes, ce qui vient amenuiser le penchant grandiloquent qu’aurait pu obtenir ce Simple Songs.

Qui dit simple ne dit pas nécessairement niais. On pense entre autres à la superbe entrée en matière titrée Friends With Benefits où les changements de rythmes fréquents stimulent l’audition au plus haut point. Une réussite totale. On fait aussi référence à la conclusive, qui s’achève dans un crescendo aussi grandiose qu’un tantinet décapant, intitulée All Your Love.

Entre ces deux pôles, O’Rourke fait généralement très bien le travail, et ce, sans être aussi puissant que sur les deux morceaux mentionnés au paragraphe précédent. Parmi les ritournelles un peu fades, on note l’allure «soft-rock» à la Steely Dan entendue sur Half Life Crisis ainsi que la ballade pianistique (ayant quelques pointes orchestrales qui s’emportent) un peu pépère End Of The Road. En contrepartie, notre homme est parfaitement touchant en mode folk rock direct et somptueux. On y entend une émule de Vic Chesnutt, en moins dépressif bien entendu, mais en tout aussi émouvant. Parmi ces bons moments, on a affectionné la frémissante Hotel Blue, l’intime These Hands et la quasi Wilco nommée Last Year.

Évidemment, il faut apprécier l’esthétique un peu «adulte» qui se dégage de cette conception sonore, mais pour un mélomane sachant apprécier le raffinement sonore sans trop de boursouflures, ce Simple Songs trouvera régulièrement sa place dans ses oreilles. Et pour ceux qui ont toujours respecté le travail du réalisateur, vous serez servis à souhait, car O’Rourke, sous cette perspective, fait un travail exceptionnel. Vraiment, un très bon disque.

Ma note: 7,5/10

Jim O’Rourke
Simple Songs
Drag City
38 minutes

http://www.dragcity.com/sitedemo.caucts/simple-songs

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=tyEbxVZNXK4[/youtube]