Critiques

Ibibio Sound Machine

Doko Mien

  • Merge Records
  • 2019
  • 41 minutes
8
Le meilleur de lca

C’est en 2014 que le premier album éponyme du groupe Ibibio Sound Machine débarquait dans les bacs sous le label Soundway Records. Après leur second album, Uyai en 2017, dorénavant signé chez Merge Records, ils reviennent en force avec Doko Mien, un troisième album rythmé, éclectique et séduisant.

Pour ceux et celles qui ne le savent pas, Doko Mien veut dire «Dis-moi» en Ibibio, la langue maternelle de la chanteuse, la charismatique et force de la nature, Eno Williams. Telle une Grace Jones des temps modernes, elle ne se fait pas prier, elle monte au front et nous dicte mot pour mot ce que l’on veut entendre.

En effet, l’album débute sa promesse musicale avec I Need You To Be Sweet Like Sugar (Nnge Nte Suka) et le résultat est une piste captivante, avec la remarquable voix d’Eno Williams qui fait son effet dès les premières notes.

Une belle ouverture pleine de vitalité pour cet album de 11 pistes, qui intègre de nouveau le genre de narration d’Ibibio qui était au centre de leurs précédents albums. La mélodie vocale est envoûtante, Eno Williams a un grain de voix mordant qui coupe l’instrumentation dense et s’harmonise magnifiquement avec la cacophonie maîtrisée de ses pairs.

Bien entendu, l’efficacité de la musique d’Ibibio Sound Machine repose également beaucoup sur ses talentueux musiciens. Tourné vers un style qui allie le new wave, le funk, l’électro et du disco à la sauce nigérienne, ils assurent efficacement sur Wanna Come Down, Just Go Forward et la chanson titre Tell Me (Doko Mien) avec leurs solides percussions, leurs cuivres explosifs et la combinaison rythmique de la basse, entremêlées de sémillantes parties de guitares et de synthés.

Les plages riches en couleurs s’enchaînent et on se régale de l’énergie livrée par le groupe qui nous invite, soit à danser sur le vibrant Nyak Nien, ou à tout simplement se prélasser sur le langoureux Guess We Found A Way. Finalement, en hommage au peintre américain, le frénétique Basquiat, clos l’opus sur des notes jazzy et chanté avec brio par la chanteuse anglo-nigériane.

Ibibio Sound Machine mélange habilement les styles et les approches artistiques et Eno Williams partage fièrement la richesse de sa culture et de ses racines. Doko Mien est un projet rafraîchissant et organique dans sa forme. Que l’on comprenne ou non les paroles, on sent que l’intention derrière le chant est bienveillante en plus d’être inspirante. À travers cette multitude de rebondissements, on ne tombe pas dans le cliché avec Doko Mien, c’est à la fois déconcertant et en même temps d’une cohérence implacable.

Plus qu’au cerveau, la musique d’Ibibio Sound Machine s’attaque aux sens, s’insinue par tous les pores de la peau et glisse lentement sur l’échine qu’elle fait immanquablement frissonner.

Très bon disque !

*La formation britannique devait se produire à l’Astral, le 22 mars 2019, mais dû à un problème de visa, ce concert fut annulé. Une nouvelle date n’a toujours pas été annoncée, alors restez à l’affût et surtout bonne écoute !!!

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.