Critiques

The Flaming Lips

American Head

  • Warner Bros. Records
  • 2020
  • 51 minutes
8
Le meilleur de lca

L’été dernier, la bande menée par Steven Drozd et Wayne Coyne nous proposait un énième album studio intitulé King’s Mouth : Music and Songs; une œuvre visuelle et sonore, créée de toute pièce par le chanteur des Flaming Lips, qui escortait le spectateur dans une tête chromée d’une hauteur de dix mètres. La trame sonore, elle, manquait sensiblement de consistance, comme tout ce que le groupe a conçu depuis Embryonic (2009).

De disque en disque, l’espoir de voir les Lips jaillir de leur marasme créatif s’amenuisait petit à petit. Après 37 ans de carrière, ces pannes d’inspiration sont acceptables, surtout si elles sont intermittentes. Mais on doit avouer que les « Fearless Freaks » nous semblaient irrécupérables…

Vendredi dernier paraissait American Head; disque qui salue le retour derrière la console de Dave Fridmann, celui-là même qui était de garde sur The Soft Bulletin, Yoshimi Battles the Pink Robots, At War with the Mystics et Embryonic, les quatre meilleurs disques de la carrière du groupe. Fidèle à son habitude, la formation s’adjoint les services d’une chanteuse pop afin d’harmoniser vocalement certaines de leurs chansons. C’est la chanteuse country-pop Kacey Musgraves qui est l’heureuse élue sur trois chansons, entre autres sur God and the Policeman, pièce sur laquelle elle est à l’avant-plan.

Eh bien, surprise ! American Head est un excellent disque. Pariant sur un retour vers le rock psychédélique orchestral, cet album est magnifiquement « domestiqué ». Ce qui est perdu en délire sonore (basse qui éructe, batterie « zeppelienne », bizarreries synthétiques, etc.) gagne en beauté grâce à un virage folk rock qui propulse les mélodies hautes perchées de Coyne dans la stratosphère. Piano, guitares acoustiques, orchestrations « à la Fridmann », voix céleste de Coyne, tout y est. La recette qui a fait la renommée du groupe est parfaitement maîtrisée.

C’est aussi la création la plus personnelle de Wayne Coyne. Recelant de nombreuses allusions à la tapageuse histoire familiale du chanteur, celui-ci les sublime à l’aide des habituelles références au firmament et à la magie.

D’un certain point de vue, il raconte aussi le désarroi de grandir dans un bled perdu du sud des États-Unis; quotidien qui implique son lot d’excès et de délinquances. À ce sujet, Coyne déclarait ceci dans le communiqué de presse remis au magazine français Rock & Folk : « … quand nous étions en train de créer l’album, nous essayions de ne PAS l’entendre, mais de le ressentir. Le sacrifice de la mère, l’intensité du père, la folie du frère, la rébellion d’une sœur… Je ne peux pas vraiment mettre des mots dessus ».

Évidemment, la naïveté ampoulée des Lips est toujours bien présente, mais étant donné l’état des lieux états-uniens (la pandémie, la réelle perspective d’une guerre civile postélectorale, l’écart grandissant entre les riches et les pauvres, etc.), American Head réconforte grâce son réalisme musical et littéraire. Pour Coyne, la fête est terminée et, avec beaucoup d’empathie, l’artiste nous exhorte à réfléchir sur le monde à venir pour mieux le reconstruire. L’émotion est à son comble dans Mother I’ve Taken LSD :

« Mother, I’ve taken LSD

I thought it would set me free

But now I think it’s changed me

It’s changed me

It’s changed me

It’s changed me

Now I see the sadness in the world

I’m sorry I didn’t see it before »

– Mother I’ve Taken LSD

Aussi émouvant que ravissant, American Head est un disque d’une lucidité étonnante qui mise sur le retour en force du talent chansonnier qui habite Coyne et Drozd. Les Flaming Lips sont à leur summum lorsqu’ils concentrent leurs efforts à écrire des chansons simples, mais bouleversantes. Quand ils versent dans des expérimentations superflues qui, la plupart du temps, font office de remplissage, ils sont inutiles.

La surprise sonore de l’année.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.