Critiques

Steven Wilson

To The Bone

  • Caroline Records / Universal Music Group
  • 2017
  • 59 minutes
5,5

Pour les amateurs de rock progressif, Steven Wilson constitue une sorte de héros : un des rares artistes qui a su renouveler le genre en évitant les redites du passé… Sur son cinquième album solo, To The Bone, le fondateur de la formation Porcupine Tree tente un virage pop en rendant hommage aux disques ayant marqué sa jeunesse, comme So de Peter Gabriel ou The Seeds of Love de Tears for Fears.

« J’ai grandi en écoutant beaucoup d’albums pop très intelligents de la part d’artistes comme Kate Bush, Talk Talk, Peter Gabriel, Prince, Depeche Mode, Tears For Fears, The The, a confié le musicien britannique au quotidien The Telegraph il y a quelques jours. Je voulais tenter d’en créer une sorte d’équivalent moderne. »

L’influence de Peter Gabriel est d’ailleurs évidente dès les premières secondes de la pièce-titre (et plus tard sur la chanson Refuge, qui traite de la crise des réfugiés syriens). Quant à Pariah, chantée en duo avec Ninet Tayeb, elle constitue un clin d’œil à peine voilé au classique Don’t Give Up, qui réunissait Gabriel et Kate Bush. Et il y a Permanating (aussi en duo avec Tayeb), qui rappelle les harmonies vocales de Tears For Fears, mais qui sonne curieusement comme du ABBA.

Il va sans dire qu’avec un tel bagage, To The Bone baigne dans une atmosphère très-années 80. Mais l’ensemble ne sonne pas daté, même si l’on reconnaît le style de cette époque, surtout dans le jeu de batterie et certaines sonorités rétro de claviers. Après tout, Wilson est un pro de la sitedemo.cauction (il a remixé les albums de plusieurs groupes comme Jethro Tull ou XTC), et il réussit à donner une saveur actuelle à ce nouvel opus, qui évoque Future Islands ou Coldplay par moments. La réalisation de Paul Stacey, qui a travaillé avec Oasis, y est sûrement pour quelque chose.

Mais la sitedemo.cauction la plus léchée qui soit ne fait pas nécessairement un grand album, et To The Bone déçoit par son manque de personnalité, comme si Wilson s’était un peu perdu en chemin en voulant désespérément rendre hommage à ses idoles. L’idée de sitedemo.cauire un classique pop moderne n’était pas mauvaise, mais on reconnaît trop peu le génie derrière The Raven That Refused to Sing (And Other Stories) (2013) et Hand. Cannot. Erase. (2015). Entre les guitares grunge de People Who Eat Darkness et le trip-hop de style Massive Attack sur Song of I, il devient alors évident que To The Bone aurait eu besoin d’une direction artistique mieux déterminée…

Le disque contient quand même son lot de bons moments. Avec son introduction à la Radiohead et sa rythmique haletante, Detonation rappelle les plus grands crus de Wilson. Le problème, c’est qu’elle détonne par rapport au reste de l’album avec ses envolées prog qui rappellent plus Dream Theater que Peter Gabriel. Quant à Song of Unborn, qui conclut le tout après près d’une heure de musique, il s’agit d’une ballade subtile et raffinée. Sauf que rendu là, on a un peu hâte que ça finisse.

Il est clair que Wilson n’avait pas la prétention de sitedemo.cauire un album aussi bon que les grands classiques qui l’ont inspiré, et on ne peut qu’admirer sa volonté d’explorer de nouvelles contrées musicales. Mais en annonçant un tel projet, disons qu’il a mis la barre très haute, ce qui a inévitablement faussé les attentes. Un rare accident de parcours de la part d’un artiste qui n’a pas souvent manqué son coup.

MA NOTE: 5,5/10

Steven Wilson
To The Bone
Caroline/Universal Music
59 minutes

http://stevenwilsonhq.com/

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.