Critiques

Wonderful

Carla Blanc

Wonderful

  • Simone Records
  • 2020
  • 35 minutes
7,5

Charles Lavoie lançait récemment son premier album sous l’alter ego Carla Blanc. Celui qu’on connaît déjà pour son implication au sein du projet Dear Criminals, mais aussi pour son passé au sein de Lackofsleep et b.e.t.a.l.o.v.e.r.s., nous présente un album résolument sensuel qui emprunte un peu le chemin des chanteurs de charme, sans les maniérismes un peu bouffons. Un peu comme si Gab Paquet était sérieux en tout temps. Quoique musicalement, on est ailleurs.

Les inspirations de Carla Blanc sont multiples. Ça passe de guitares à la Mac DeMarco à du groove charnel R&B-esque. Si Carla Blanc raconte des moments d’intimité, Charles Lavoie y va avec une approche totalement à l’opposé de la masculinité toxique. C’est beaucoup trop chaud pour que le consentement n’en fasse pas partie. Tout est rond, séduisant, suave et évite les rapports de domination.

les arbres se sont vidés de leurs fruits
que tu atterrisses dans ma bouche
c’est rendu que je nous conjugue au singulier
tant nos corps se touchent

– Sucre

Wonderful raconte une rencontre semi-fictive entre le protagoniste et une amoureuse : Loloe. Charles Lavoie a candidement avoué que le récit et les textes ont été inspirés de sa rencontre avec Charlotte Aubin. Carla Blanc n’hésite pas à plonger dans les thèmes intimes sans toutefois faire l’erreur de rester coincer dans une seule couleur. On passe des élans aux passions amoureuses enflammées, à des moments moins joyeux dans Vague; pièce qui prend une avenue mélancolique.

je sais pas pourquoi babe
j’feel dark un peu encore
tu m’as tout dit c’est pas toi
mais là ça me shake un peu sur le tard
faut qu’j’arrête de compter
tout ça nous enlève rien (j’sais bin)
aujourd’hui je me sens petit
fais juste me dire que tout va bien

– Vague

Le rap a aussi une place importante sur l’album alors que Frannie Holder (Blue Note) et 20Some (Dentelle) y vont de quelques lignes. Il y a aussi Bibi Club qui fait une visite sur DCSLN et propose quelques beaux moments de chant. Musicalement, c’est hyper bien exécuté. Il faut dire que l’apport de Philippe Brault vient bonifier le son à la réalisation alors que Ghyslain Luc Lavigne le mix, mais déjà Charles Lavoie est déjà capable seul.

On retrouve un peu l’intonation lancinante de Charles Lavoie au sein de Dear Criminals, mais l’enrobage est tellement différent que ça se distancie facilement de son autre projet. Une chanson comme l’excellente Fretless est en soi un plaidoyer efficace pour son approche différente sur Wonderful.

C’est franchement réussi pour Carla Blanc avec ce premier album qui pourra agrémenter vos soupers d’amoureux… quoique le danger c’est d’avoir déjà consommé avant même que l’entrée soit servie. Une belle occasion de plonger dans une sensualité entièrement 2020 en musique.