Critiques

Barrdo

Apologie des états seconds

  • Poulet Neige
  • 2016
  • 52 minutes
7

BarrdoBarrdo est le nouveau projet de Pierre-Alexandre bien connu dans le milieu pour sa maison de disque indépendante Poulet Neige. Cette dernière publie chaque année la succulente liste de Noël qui permet aux mélomanes de télécharger gratuitement un tas d’albums en échange d’un courriel. PA s’est fait connaître aussi pour Lac Estion, groupe qui a compté dans ses rangs Simon Kingsbury et Mat Vézio (Julie Blanche, Dany Placard, Louis-Philippe Gingras). On peut aussi l’entendre jouer de la basse dans Fuudge. Bref, il est actif.

Barrdo est une nouvelle aventure musicale qui a une bonne base de psychédélisme et que le PA national a enregistrée au complet. Dans le studio Madame Wood, il a travaillé avec Vincent Blain pour accoucher d’un Apologie des états seconds qui offre plusieurs beaux moments auditifs. Parfois plus rock, parfois plus expérimental, on peut dire que les limites sonores du groupe sont très perméables et variables.

Quand on ratisse dans la contre-culture et qu’on s’en fait une fierté, ce n’est pas toujours facile. La chanson Loin traduit cette réalité en vers: «Fuit mon ami dans ta solitude/Loin des louanges et des honneurs/Là où souffle un vent rude et fort/Où tous les yeux sont déjà morts». Le tout est envoyé sur une musique assez lourde qui flirte avec le pop-rock et le grunge. La distorsion possède une place de choix sur l’album. Dimitri possède aussi une certaine force de frappe. Ça rentre au poste avec un gros son de basse assez gras pour faire plaisir.

Ce qui surprend le plus sur Apologie des états seconds ce sont les expériences vocales. Parfois, c’est avec de puissants chœurs sur la tripative Libre qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Une chanson de libération qui possède toute la magnitude des émotions qui nous prennent lorsqu’on délaisse des éléments qui nous tiraient vers le bas. Parfois, c’est avec un chant d’opéra de Sarkis Barsemian sur la surprenante Sauvage. L’expérimentation la plus poussée est sans doute l’imposante Ensemble avec ses 16 minutes et ses paroles répétées qui nous plonge dans une transe. Ce n’est pas parfait pour autant. Ça manque parfois de cohésion. Certaines chansons surprennent par leur style. Notamment la très pop-rock Perdu qui rappelle beaucoup plus les jours de Lac Estion, mais qui jure avec le reste.

Malgré ces quelques grains de sable dans l’engrenage, PA ose se lancer avec Barrdo. L’ensemble de l’album est intéressant bien que marginal. Si tes oreilles sont ouvertes à la différence, tu trouveras avec cet album un artiste fascinant qui se lance et fonce avec ses compositions qui n’ont rien de banal.

Ma note: 7/10

Barrdo
Apologies des états seconds
Poulet-Neige
52 minutes

https://barrdo.bandcamp.com/releases

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.