Concerts

Pop Montréal Jour 2: le compte-rendu de LP Labrèche

popEn cette deuxième journée de mon éPOPée, je me suis dirigé tout d’abord en direction de la somptueuse église Saint-Jean-Baptiste. J’y suis arrivé juste à temps pour les deux dernières chansons de Katie Moore qui présentait les pièces tirées de son album Fooled By The Fun. En tout cas, à voir l’ovation qu’elle a reçue à la fin de sa dernière chanson, le public lui, n’a pas été dupe et a offert de longs applaudissements mérités. Par la suite, les Barr Brothers ont pris la scène alors qu’un silence monacal s’est installé dans l’impressionnant monument. Je n’ai pu attraper que deux chansons intimes de la bande, mais c’était de toute beauté.

Mon prochain arrêt était le lancement de disque des jeunes loups de Ought. La bande présentait les pièces tirées de Sun Coming Down qui paraît aujourd’hui même. Non seulement ils ont offert une prestation exemplaire, mais les chansons du nouveau disque passent très bien le test de la scène. La présence scénique de Tim Darcy s’est améliorée de façon remarquable. Parmi les succès du passé (même si ça fait juste deux ans), More Than Any Other Day était marquante.

J’ai rejoint Stéphane au Théâtre Fairmount pour lui donner une bonne tape sur les fesses amicale, mais aussi pour me délecter de Mikal Cronin qui se pointait à Montréal pour la première fois depuis la sortie de MCIII. Un concert magnifique que Stéphane vous décrira en de plus amples détails. Ma soirée ne s’arrêtait pas là. Vadrouilleur de mon état, je me suis dirigé au Picolo Rialto pour le duo Empress Of et Braids.

Le premier groupe, projet de la chanteuse Lorely Rodriguez, attire l’attention depuis la sortie de Me la semaine dernière. Après un début cahoteux où le son n’était pas au rendez-vous, la chanteuse nous a offert les pièces de son premier album avec un dynamisme et une présence très appréciée. Le «match» avec Braids était bien pensé par l’organisation puisqu’elle fraie dans les mêmes eaux que le trio montréalais. L’Américaine nous a livré une électro-pop vivante et accrocheuse et les spectateurs ont pu se faire aller le popotin sur les tubes efficaces.

C’est Braids qui fermait la marche et le trio montréalais comptait sur plusieurs admirateurs dans la salle bondée. Ils n’ont pas tardé à nous offrir les pièces de Deep In The Iris. Taste Revisited était magnifique alors que Raphaelle Standell-Preston a prouvé encore une fois qu’elle est une musicienne hors pair et une chanteuse à la voix puissante qui sait aller chercher la bonne mélodie. Blondie et Sore Eyes ont constitué deux autres beaux moments de la prestation de la troupe qui a bien terminé cette deuxième soirée de POP Montréal. On se jase de tout ça demain pour le jour 3 !

http://popmontreal.com/fr/

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.