Concerts

Les Francouvertes 2020 : Ariane Roy, MoKa et Aramis

Est-ce le temps doux qui a fait sortir les gens en si grand nombre hier soir? Un peu comme la sève qui remonte les troncs d’arbres, les gens s’étaient frayé un chemin jusqu’à la salle montréalaise pour cette deuxième soirée axée sur la pop.

C’est Alfa Rococo qui représentaient les ex de la soirée. Même si la formule en duo sans accompagnateurs n’est pas dans les habitudes de la formation, le groupe semblait à l’aise comme un poisson dans l’eau sur la scène du Lion d’Or. Le groupe s’est prêté au jeu et a « cassé » une chanson qu’il avait écrite au cours de la fin de semaine. Rajoutez à cela Les jours de pluiesMétéore et une lecture de commentaires qu’ils avaient reçus à l’époque. Le tout était bien sympathique.

Ariane Roy

S’il y a eu une surprise en cette deuxième soirée des Francouvertes, c’est Ariane Roy. Son projet est beaucoup plus accompli que ce à quoi nous pouvions nous attendre. Entourée de Vincent Gagnon, Dominique Plante, Kenton Mail et Odile Marmet-Rochefort, la jeune femme a présenté ses pièces avec un aplomb impressionnant. Les nouvelles compositions sont particulièrement à point et les influences se fondent avec la personnalité de la jeune femme. Pour vous donner un portrait, pensez à Lou-Adriane Cassidy, mais avec de meilleurs textes. Son choix d’enchaînement de chansons est peut-être à revoir par contre. Sa performance s’est terminée avec moins d’impact que si elle avait terminé avec Le ciel est en place. Cependant, Ariane Roy a laissé une très belle impression hier soir.

MoKa

MoKa est arrivé avec sa pop ensoleillée et son attitude légèrement désinvolte. Difficile de résister à l’envie de s’en aller dans le Sud avec elles. Leurs compositions sont efficaces et les mélodies accrochent l’oreille aisément. Royaume était particulièrement marquante hier soir. Par contre, leur manque d’expérience sur scène était flagrant. On ne sent pas le duo encore à l’aise devant un public. De plus, il reste un peu de travail à faire dans les compositions qui sont inégales. Elles nous ont surpris sur un moyen temps avec un jam de percussion à la toute fin du spectacle. C’était vraiment efficace. Elles pourraient résolument miser plus sur cet aspect.

Aramis

Puis, le quatuor Aramis est arrivé avec sa pop marginale et audacieuse. Le groupe a livré avec aplomb ses compositions qui étaient dans les plus compliquées de la soirée. On est vraiment ailleurs dans l’écriture. Ces quatre gars-là savent sortir du moule sans s’aliéner le public. Les chœurs vocaux sont très réussis et les moments de jam musicaux donnent le goût de groover avec le groupe. Il reste du travail à faire pour rejoindre la foule et l’emmener dans leur trip, mais Aramis est sur la bonne voie. Le seul réel hic est le problème technique qui nous a envoyés du white noise à quelques reprises. C’était terrifiant pour les tympans. Mais sinon, c’était fort réussi!

Alors, après deux étapes, le classement ressemble à quoi?

  1. Ariane Roy
  2. Embo/phlébite
  3. Aramis
  4. Guillaume Bordel
  5. Mélodie Spear
  6. MoKa

On se voit la semaine prochaine pour Jessy Benjamin, La Faune et Narcisse.

1 commentaire

  1. Bernard, le 2020-02-26 à 06:43

    Ben coudonc, si ça aurais pas été d’Aramis
    La foule aurais pas lever comme ça , ils ont fait lever les gens et DANSER la foule jusqu’à toute dernière note et si ça aurais été leur propre spectacle, il aurais eu un rappel, ça c est de la musique , bravo Aramis

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.