Concerts

FME 2020 jour 3 : partie 2 — Flore Laurentienne, KNLO / Eman et la Brown Family

Dernière journée d’activités du Festival de Musique Émergente à Rouyn-Noranda, toujours sous le signe de l’eau, mais aussi de la famille.

Flore Laurentienne plus grand que nature

Mathieu-David Gagnon (Flore Laurentienne) se donnait en spectacle au Centre de Plein Air du Lac Flavrian, un camp de jour pour personnes handicapées à une quinzaine de kilomètres du centre-ville de Rouyn-Noranda, sans accès au réseau cellulaire. La quiétude du parc constituait le meilleur environnement pour un show comme celui-ci.

À l’occasion du FME, Flore Laurentienne a choisi de s’accompagner d’un quatuor à cordes — toutes des femmes — ainsi que d’un claviériste supplémentaire puis d’un percussionniste qui opérait les symbales, le gong et le drum machine avec brio. L’artiste était beau à voir derrière ses trois machines, soit deux claviers et un synthétiseur modulaire, qu’il maniait le sourire aux lèvres et le visage expressif. Le musicien a évidemment ouvert sa performance avec la gigantesque pièce Fleuve no1, la plus belle de son album Volume 1.

Crédit : Christian Leduc

Il s’est mis à pleuvoir au moment où Gagnon a offert l’attention du public au quatuor à cordes pour interpréter sa composition 1991, normalement jouée au clavier et regorgeant d’effets. Malgré que l’humidité désaccordait les violons à chaque instant et qu’on se trouvait parfois un peu à côté de la note, la pièce restait envoûtante.

Avec la pluie est tombé le froid ; on voyait bien que les musiciennes et musiciens avaient du mal à rester au chaud — nous aussi d’ailleurs — assis dans la pelouse détrempée. Gagnon était heureux de nous voir si nombreux à rester malgré la trombe d’eau. « Inquiétez-vous pas, c’est juste une petite averse, ça va passer! » disait-il, plein d’espoir. Au cours du spectacle, Flore Laurentienne a pris son temps avec une variation sur sa pièce Fugue, puis il a performé une version improvisée et entièrement synthétique de Fleuve no3.

Finalement, ce moment parfait s’est terminé sur une nouvelle composition qui a ramené le soleil au-dessus de nos têtes. Est-ce qu’on doit attendre la sortie d’un simple ou d’un EP? On l’espère. Bref, ce show-là démontrait une magnifique étude de timbres et la prestation restera inoubliable pour beaucoup de spectateurs (dont moi).

Crédit : Thomas Dufresne

KNLO pis sa gang

Le rappeur qu’on connaît aussi sous le pseudonyme KenLo Craqnuques au sein de la formation Alaclair Ensemble a fait sauter le plafond du Petit Théâtre du Vieux-Noranda. L’énergie de KNLO et de ses musiciens Caro Dupont (chant et flûte traversière) et Vlooper (DJ) a contaminé le public de la première à la dernière chanson, même si c’était la deuxième représentation de leur soirée.

Cette équipe-là sait comment occuper une scène : chorégraphies, interventions naturelles et sollicitation du public en plus d’un flow impeccable de la part du rappeur. On a pu se réjouir de la plupart des chansons très funky et dansantes de Club Mixtape 2020, son album paru le 14 août dernier.

KNLO réservait donc quelques surprises aux festivaliers durant la soirée. Il a invité sur scène celui qu’il a présenté comme son mentor lors de son premier FME, celui qui a insisté sur l’importance — y’a pas meilleur conseil que ça — de ne prévoir «pas un kit, pas deux kits, mais bien trois kits chauds pour Rouyn-Noranda», soit Eman (Alaclair Ensemble, Movèzerbe, Eman X Vlooper). Ce dernier se donnait justement en spectacle la veille avec Lary Kidd sur la plage du lac Kiwanis. Vraiment, ces deux-là sont faits l’un pour l’autre (mais pas autant que Caro Dupont et KNLO, quel couple incroyable, seigneur)!

De plus, lui et Eman préparaient une apparition secrète à minuit, à l’extérieur du Petit Théâtre, sur le toit d’un van. Sur le parvis de la salle de spectacle, on se croyait presque dans un vrai FME, puisque la foule rassemblée était dense, donc pas très COVID-friendly. La prestation a été écourtée puisque les gens ne respectaient pas les règles de distanciation. Même qu’une belle petite gang de chums directement en avant des artistes ne portait pas de masques. On rappelle que durant la journée de samedi, une manifestation anti-masque (ou un rassemblement de 12 personnes) avait eu lieu au centre-ville de Rouyn-Noranda. ¯\_(ツ)_/¯

Crédit : Thomas Dufresne

Une Brown Family à l’unisson

Les frères Greg «Snail Kid» (Dead Obies) et Jam (K6A, Jam et P-Dox) ainsi que leur père d’origine jamaïcaine Robin Kerr (Uprising) forment ensemble la Brown Family, qui nous offrait en novembre 2019 un second album Brown Baby Gone, où l’on trouve un assemblage de roots-reggae au dancehall ainsi qu’un mélange de rap de l’âge d’or à celui de la nouvelle école. Brillant!

Accompagnée par le DJ Vnce Carter (Dead Obies), la famille a performé sans interruption, sauf pour inviter sur scène un autre clan tout aussi uni : KNLO et Eman (Alaclair Ensemble). L’animation de la foule était assurée par un Greg très confiant, qui se gonflait de fierté de se retrouver sur scène avec ceux qu’il aime le plus : «non, mais réalisez-vous que cet homme-là c’est mon papa?».

Monsieur Kerr était en effet époustouflant dans son habit militaire, coiffé d’un bonnet aux couleurs de la Jamaïque et armé de sa guitare acoustique personnalisée. Celui-ci assurait les choeurs pour soutenir le flow de ses fils, puis les pièces guitare-voix d’ouverture et de fermeture lui étaient réservées.

Malgré une mise en scène plutôt statique et peu étoffée, leur synergie était magnifique à regarder. On ne pouvait pas s’empêcher de bouger sur nos chaises!

Crédit photo: Christian Leduc

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.