Concerts

FME 2019 : Retour sur les soirs 1 et 2

Retour sur ces deux premiers soirs de FME 2019 avec Philippe Brach, Material Girls, Les Sœurs Boulay et bien plus.

Dès qu’on a franchi la limite extrême du parc de La Vérendrye et croisé la halte à Louvicourt, j’étais fébrile. Depuis 2013, je suis fidèle à cette messe musicale qui m’accueille chaleureusement pendant la fin de semaine de la fête du Travail.

Avec les années, les spectacles extérieurs ont recommencé à occuper une place importante dans la programmation. Ils avaient été mis de côté en raison des temps souvent hostiles des premières années. Malheureusement, Dame Nature n’était pas du bord du FME cette année. Il pleuvait pour le spectacle de Jeanne Added, la vedette montante de la musique française qui a été décorée de deux Victoires aux dernières célébrations de la musique française.

Crédit photo: Maryse Boyce

Ça n’a pas empêché les gens d’arriver avec des parapluies, des imperméables, ou tout simplement de braver l’eau. Parce qu’après tout… on n’est pas fait en chocolat! Jeanne Added, elle, ne s’est pas formalisée de la chose et a livré un solide spectacle où elle a démontré à quel point elle avait pris de l’assurance sur scène depuis son dernier passage en sol québécois. A War Is Coming et Lydia de Be Sensational, son deuxième album, ont été des moments forts.

Retrouver de vieilles amies

C’est un peu le sentiment que les Sœurs Boulay nous inspirent. À la veille de lancer leur troisième album, La mort des étoiles (le 6 septembre prochain), elle venait à Rouyn-Noranda pour nous présenter leurs nouvelles compositions. Elles ont commencé le tout avec Les couteaux à beurre. Puis, la paire est partie dans une longue discussion comme pour renouer avec tout le monde. Un peu comme si on était à se saluer avant de se lancer dans le vif du sujet.

Le vif du sujet étant les nouvelles chansons dont la touchante Nous après nous, parue un peu plus tôt cette année. Rajoutez à tout ça Gab des Îles, Langue de bois et ça fait une belle soirée touchante. En plus, le tout s’est terminé avec une petite fausse note des Sœurs qui l’ont rit plutôt que d’en faire un drame. C’était une bien belle façon de les retrouver.

Première fin de soirée

C’est le nouveau groupe Miels qui s’apprête à lancer un EP. Malheureusement, les compositions n’ont pas réussi à me convaincre. C’était très convenu et quasiment quétaine dans le style rock des années 70. Il faut dire que le groupe est encore à ses premiers pas sur scène et peut-être que la chaleur qu’ils dégagent ne se rend pas encore à nous. Ce n’est pas tout mauvais, mais il reste encore du chemin à parcourir.

Puis, c’est le groupe suisse The Young Gods de prendre la scène. C’était une heure bien tardive pour leur post-industriel répétitif et malgré toute leur adresse musicale sur scène, il y avait un manque de connexion avec le public du Petit Théâtre du Vieux-Noranda. Malgré ce manque de connexion, c’était exécuté à la perfection. Chapeau.

Après un grand verre d’eau…

C’était le temps de se replonger dans la faune rouynorandienne pour cette deuxième journée qui a commencé à l’Abstracto avec Sessa. Le brésilien a lancé un très intéressant Grandeza un peu plus tôt cette année. L’ancien comparse de Yonatan Gat a bien livré ses pièces de chanson brésilienne aux influences de jazz et de psych rock. Parfois, ça devient plus intense dans les moments musicaux et lorsque les trois choristes se mettent elles aussi, aux percussions. C’était bien doux pour commencer cette deuxième journée. Moins psychédélique qu’en album, le grand et chevelu jeune homme a livré le tout avec une sympathique authenticité.

Tant qu’à être en Amérique du Sud, j’ai continué mon périple avec le groupe LA Julia Smith, originaire du Chili. Après un début de performance qui n’était pas particulièrement convaincant, le groupe s’est lancé dans des pièces où les jams occupaient une grande place. C’est lorsqu’ils s’élancent ainsi que la magie opère réellement. À partir de ce moment, le trio nous tenait dans sa main.

Crédit photo: Maryse Boyce

Brach, le magnifique

Philippe Brach est une bébitte unique dans le paysage musical québécois et il a prouvé encore une fois qu’il était difficile à battre vendredi soir à l’Agora des Arts. Affublé d’une perruque qui lui donnait une belle coupe Longueil, Brach a pris la scène en tant que band hommage à Philippe Brach, en commençant par les moins bonnes chansons, de son propre aveu. C’est un peu faux parce qu’il a aussi entamé avec La peur est avalanche.

Une chose qui a beaucoup changé entre la tournée du spectacle précédent et celui-ci est que Brach ne joue plus de la guitare. Cela lui donne une liberté nouvelle qu’il utilise à bon escient. Il a fait les chansons qu’on attendait comme Mes Mains Blanches, Crystel, Alice, Tu voulais des enfants, Né pour être sauvage, mais aussi des plus rares comme Le bonheur tousse moins qu’avant. Pendant le rappel, on a même eu droit à Félix Belisle, le chanteur de Choses Sauvages, qui est monté sur scène frencher Brach avant de se lancer en bodysurf.

Crédit photo: Maryse Boyce

Grosse soirée!

Changement de plan

Ma planification de soirée était faite : j’allais à The 5.6.7.8’s. J’étais prêt et décidé. Puis, j’ai croisé Julia Blais qui s’est mise dans la tête de venir à Material Girls. Je me suis donc rendu au Cabaret de la dernière chance pour VICTIME qui en faisait la première partie. C’est toujours le fun de retrouver ce trio bruyant sur scène. Encore une fois, ils ont livré un solide spectacle intense où la voix de Laurence Gauthier-Brown ponctue les élans musicaux du groupe.

Crédit photo: Maryse Boyce

Mais là… pris d’angoisse, je quitte pour les 5.6.7.8’s. C’était une erreur. Le trio japonais est monté sur scène pour jouer ses chansons, mais ce n’était pas tight du tout! Les riffs sont solides, mais les choeurs vocaux, les coupures et reprises, tout était approximatif.

J’ai donc quitté à nouveau pour revenir au Cab pour Material Girls.

Meilleur choix.

Le premier chanteur (qui sonne comme Billy Idol) a passé de chanteur à la guitare, à la batterie pour finir à la basse; le deuxième chanteur (qui sonne comme Tim Harrington de Les Savy Fav) arrivait de la batterie pour ensuite se rendre aux congas… bref, tout le monde dans le groupe a chanté en prenant un angle très rock et très théâtral. C’était tout à fait réussi!

Pis là… je suis allé me couché.

Voici les photos de Maryse Boyce qui donne une bonne idée de ces deux journées :

Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce
Crédit photo: Maryse Boyce

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.