Concerts

Coup de coeur francophone 2018 : Qualité Motel au Club Soda

Qualité Motel, c’est le projet dance / électro des gars de Valaire et la jeune bande de gentilS voyous a profité de son passage au Coup de Cœur Francophone (CCF), ce vendredi 2 novembre, pour faire le lancement de son deuxième album : C’est pas la qualité qui compteAlors Marty, monte dans la DeLorean pour un voyage vers le rétro !

Parce que l’ambiance de Qualité Motel, c’est ça. C’est le plouc assumé qui oscille entre les chemises à fleurs des années 60 et les shorts en jeans moulants des années 80. Sans oublier les incontournables lunettes de soleil du futur (comme on l’imaginait dans les années 80). Les membres de la formation électro sont cinq au total, tous regroupés derrière une seule grande table. De cette manière, ils me font penser à La Cène, ce tableau célèbre de Léonard de Vinci qui représente le dernier repas de Jésus. Ainsi donc ce soir le Club Soda se transforme en Chapelle Sixties ! Enfin, pour l’occasion, c’pas une chapelle, c’est une basilique.

Intro dans la couche d’O-zone

Le groupe lance les hostilités avec Dragostea din tei du groupe roumain O-zone qui avait fait un carton en 2004. Le ton est donné. Avec un second degré bien assumé, on devine que le bon goût ne sera pas au rendez-vous ce soir, il se peut même qu’il soit parti travailler son « tan » dans un tout-inclus quelque part sur une île.

Si c’pas la Réunion, c’est la Martinique.

Au mur, un écran géant diffuse des images habilement mal travaillées pour donner un effet amateur des plus savoureux dans le style « Corinne de la compta fait un Powerpoint avec des belles écritures Wordart. » Ça met das l’ambiance. Le quintette enchaîne les titres depuis une dizaine de minutes lorsque les rappeurs Fouki et Vendou débarquent sur scène sous les vivats du public. Qualité Motel a fait les choses bien, car comme sur son album, des invités, il va y en avoir quelques-uns qui vont se succéder sur la scène avec entre autres : Karim Ouellet, Fanny Bloom et Les Louanges sur la maudite chanson entraînante Snap, où tout le public est invité à claquer des doigts sous les “snap” nonchalants lancés par le chanteur (celui du milieu).

Tous sur la scène

Ce n’est pas la seule chose que le public sera invité à faire. En effet, toujours dans une ambiance survoltée, celui-ci, à la demande des membres du groupe, investit la scène pour la transformer en une immense piste de danse. Et ça remue des genoux, et ça remue des bras, et ça fait aller le bassin. Même si certains s’en sortent mieux que d’autres chacun a sa manière de danser, et c’est le fun qui l’emporte. C’est le moment que choisit Qualité Motel pour se rassembler sur le devant de la scène et interpréter une danse semi-chorégraphiée semi-improvisée sur Libérez le trésor de Michel Rivard. Puis de faire scander à la foule “Mario Pelchat”, un gentil petit pied de nez en réponse aux événements récents.

Il est temps pour le groupe de quitter le stage après avoir fait danser la foule pendant plus d’une heure. Quitter pour de bon ? Pas tout à fait, car le quintette revient pour jouer sa chanson la plus iconique : « C’pas du romarin, c’est du basilic » pour le plus grand bonheur du public qui s’époumone à crier « basilic ! » à chaque refrain.

Sur cette chanson riche en aromates, le groupe conclut son set devant une salle conquise et essoufflée d’avoir trop dansé. C’pas tous les soirs que c’est aussi épique !

Mais toutefois, une question demeure : les herbes là devant moi….c’est bien du romarin ?

 

 

 

 

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.