Chroniques

Slipknot : la liste de lecture essentielle

Puisqu’un nouvel album de Slipknot voit le jour ce mois-ci, j’ai pensé vous présenter les meilleures chansons de chaque album selon mon humble avis. J’entretiens une féroce relation amour-haine avec le groupe de DesMoines, Iowa depuis 20 ans et chaque album me rappellent qu’ils sont capables du meilleur comme du pire. Voici donc les 20 pièces les plus marquantes du groupe pour leur 20e anniversaire, accompagnées de courtes descriptions. Vous constaterez que je suis en général beaucoup plus intéressé par les pièces de leur répertoire qui ne sont pas trop pop.

Eyeless

Honnêtement, on aurait pu mettre le premier album presque au complet tellement il est sans merci et bien foutu. Seulement, Eyeless demeure la plus déjantée de ce que l’on retrouve sur le premier album. Cette chanson était sur une compilation Hard & Heavy que j’ai achetée en France avec une revue et l’album sortait le mois suivant. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le groupe n’a pas raté sa première impression sur moi.

Tattered & Torn

Voilà certainement la chanson de Slipknot qui ressemble le plus à un film d’horreur. Les sons échantillonnés par Sid Wilson rendent son ambiance réellement inconfortable et c’est ce qui fit tout son charme.

Prosthetics

Une autre pièce assez menaçante qui raconte un kidnapping du point de vue de l’agresseur. Je trouve personnellement que c’est la pièce du premier album qui a le mieux vieilli.

Diluted

Au début de l’existence du band, Corey Taylor rappait dans certaines chansons. Ce n’était pas toujours réussi, mais ça fonctionne très bien dans Diluted où il ajoute une bonne dose de maniaque à son flow. Une pièce très sous-estimée selon moi.

People = Shit

Quelle excellente intro pour l’album le plus violent du groupe. L’intro, durant laquelle Corey, Clown et Chris Fehn hurlent en canon est l’une de mes favorites de l’ensemble du catalogue. Richard Cheese a repris cette chanson en jazz cocktail et c’est également hilarant.

Disasterpiece

Pour moi, c’est presque le clou du spectacle de l’ensemble de l’œuvre. On y retrouve exactement la violence disjonctée qui nous a d’abord attirés vers la musique du groupe avec un refrain de blastbeat infernal et irrésistible. C’est résolument ma chanson favorite pour faire la course.

Left Behind

Voilà certainement l’une des meilleures chansons commerciales du groupe. Une amie m’a fait remarquer que la voix nette de Corey ressemble beaucoup à celle de Greg Graffin de Bad Religion. J’ai donc le visage de Greg en tête quand j’entends celle-ci. On leur pardonne le refrain très pop juste parce qu’on n’est pas capable d’y résister.

Metabolic

Une chanson très intense où Corey exorcise sa relation complexe avec son père. Probablement une de ses performances vocales les plus intenses. On le sent presque au bord des larmes pendant qu’il hurle sa vie. Un seul réalisateur est capable de pousser les chanteurs dans les zones les plus sombres de leur psyché pour en faire sortir des perfos hallucinantes. Cheers, Ross Robinson.

The Blister Exists

Les choix de premières chansons d’albums sont souvent efficaces chez Slipknot. Blister est une très bonne chanson pour un album globalement décevant enregistré par un groupe alors au bout du rouleau et au sommet de son intoxication.

Duality

Une autre chanson pop que je range dans mon tiroir à plaisirs coupables. La puissance des vocaux est un brin faible comparé au Corey d’antan, mais c’est fondamentalement une toune solide.

Welcome

J’aime surtout le jeu de batterie de Joey Jordison dans cette chanson qui demeure l’une des plus violentes du 3e album de la gang de clowns.

Before I Forget

Celle-ci aussi était un extrait qui présentait les membres du groupe dans un local de répétition sans masques, mais zoomé in ou out assez pour qu’on ne les voie pas vraiment. La partie puissante de la chanson, c’est son bridge super emo.

Gematria (The Killing Game)

Encore une autre bonne intro avec un Corey qui se la joue politique. Une bonne chanson, certainement l’une des meilleures de ce 4e album inégal.

Gehenna

Celle-ci est généralement mal aimée par les fans. Moi je dis « chapeau » à Slipknot pour l’expérience ! Bon, on dirait un peu qu’on écoute du Alice In Chains dans la maison hantée, mais pour vrai, je me suis beaucoup attachée à elle avec le temps.

Wherein Lies Continue

All Hope is Gone est un album assez bizarre en rétrospective. Celle-ci aurait pu être un de leurs classiques succès avec un refrain de Backstreet Boys, mais son ambiance est juste trop étrange. Je la trouve quand même plaisante, malgré tout.

All Hope is Gone

L’album n’aurait pas plus s’appeler autrement parce que c’est sans contredit la pièce la plus solide du lot. Tout est dit.

AOV

Première chanson réellement convaincante de l’album numéro cinq. Corey y exprime son désir de redevenir aussi violent qu’au début de l’existence du band (Approaching Original Violence) parce qu’il ne se reconnaît plus. On y trouve paradoxalement un refrain très pop, mais rendu à ce point-ci, c’est presque inévitable dans toutes les chansons du groupe.

Skeptic

Un hommage très senti à Paul Grey, le bassiste décédéd’overdose avant le début des séances d’enregistrement de l’album. Ça fout presque la larme à l’œil.

Lech

Résolument l’un des moments les plus heavy du cinquième opus.

Solway Firth

Il y a longtemps que je n’avais pas autant aimé une chanson de Slipknot avec passion. Ils m’ont vraiment foutu en bas de ma chaise avec le deuxième extrait de We Are Not Your Kind. J’ai également détesté avec passion le premier extrait alors je m’attends vraiment à un album en dents de scie, mais je ne demande pas mieux qu’être surpris. Sinon, celle-ci est la dernière pièce de l’album et c’est quand même un choix parfait de conclusion.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.