Chroniques

Les EP à LP du mois d’août 2018

 

Sam Weber – New Agile Freedom

Sam Weber lance un nouvel EP de chansons originales, les premières depuis la sortie de son album Valentina Nevada en 2016. Le musicien originaire de la Colombie-Brittanique a aussi fait appel à ses amis pour quelques collaborations. On y retrouve Terra Lightfoot sur I’ll Let You Know et Molly Jensen sur quelques autres. Voilà un EP de bon « canadian folk-rock », un genre qui verse trop souvent dans le pastiche. Ce n’est pas l’apanage de Weber qui insuffle une tonne de soul dans ses compositions.

Iglooghost – Clear Tamei / Steel Mogu

Iglooghost est de retour avec deux EP plutôt qu’un! Après le succès de Neõ Wax Bloom paru l’an dernier. Voici qu’avec Clear Tamei, il explore un terrain où les mélodies sont plus présentes et où des instruments orchestraux synthétiques ponctuent les trames. Ça fonctionne très bien, particulièrement sur New VectorsSteel Mogu verse dans un monde un peu plus abstrait. Sans être complètement dénué de mélodies accrocheuses, il s’agit d’un univers plus expérimental où la techno hyperactive tient une place de choix.

Iron & Wine – Weed Garden

Iron & Wine est de retour avec un EP de 6 chansons qui ont été écrites en même temps que le dernier album, Beast Epic, du barde américain. On retrouve des mélodies efficaces et des pièces de folk intéressantes. Les chansons les plus intéressantes sont What Hurts Worse ou encore la douce Autumn Town Leaves. On retrouve quelques chansons émouvantes sur Weed Garden, ce à quoi on s’attend d’Iron & Wine qui n’est plus tellement dans l’innovation, mais qui fait très bien ce qu’il fait.

Birmani – EP2

Birmani est de retour avec une deuxième sortie cette année et c’est une fois de plus plein de rock, fuzzé à souhait et assez marginal pour que tes voisins qui aiment The Lumineers pensent que t’écoutes de la musique du diable. Mettons. On y retrouve la groovy Peu importe qui est entraînante à souhait. Ton corps blanc emprunte un chemin plus déposé et tire même vers un peu de rock ésotérique dans les mélodies. C’est très réussi.

Dopamine – Dopeghost

Dopamine est l’autre projet de Victor Tremblay-Desrosiers de Valery Vaughn. Depuis deux ans environ, Dopamine livre un rap qui s’apparente à la vague emo-rap américaine des Lil’ Peep et compagnie. Dopeghost arrive à point et propose les meilleures compositions à date du duo. Pour cet album, ils ont fait appel à Ghostkid sur qui l’on connaît très peu de détails. Toujours est-il qu’il se débrouille bien sur cet EP.

Pages 1 | 2

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.