Chroniques

Les EP à LP de novembre 2020

J’ai été très « québécocentriste » pour cette édition des EP à LP parce qu’on a reçu un nombre impressionnant de mini-albums en provenance de la Belle Province. On ne sort du Québec qu’une seule fois! J’ai passé outre l’excellent EP de Nic Boulay étant donné qu’on en a fait la primeur récemment. Voici donc 10 EP à mettre dans vos oreilles!

Mélodie Spear — Fabulations

On a vu Mélodie Spear dans presque tous les concours de la province au cours de deux dernières années. Voici que la jeune femme de Québec nous présente son premier EP. Sur Fabulations, on découvre une jeune autrice-compositrice-interprète qui aime la distorsion et que ça brasse un peu. Un peu comme une jeune France D’Amour, mais avec des chansons qui sont résolument contemporaines.

Sophia Bel — Princess of the Dead, Vol. II

Sophia Bel revient avec un deuxième album où sa pop dansante et entraînante se mélange avec des influences rock. You’re Not Real You’re Just A Ghost est une pièce qui étonne par son efficacité. De plus, elle nous présente aussi une pièce en français avec Voyage Astral. Dans son ensemble, ce deuxième EP démontre que Sophia Bel a de l’audace dans sa direction musicale et incorpore des influences surprenantes et bienvenues. Ça fonctionne très bien.

Feathership — The West Side

Ça faisait un bail que Jean-Philippe Sauvé n’avait pas revêtu l’habit de Feathership, ce projet musical qui avait lancé Howl en 2014. Il y a eu quelques changements dans l’équipe de musiciens qui l’entourent depuis. Sur The West Side, on retrouve une indie-pop aux textures agréables pour les tympans. Les arrangements sont particulièrement réussis et Sauvé a un don pour la mélodie pop efficace.

Renard Blanc — Abysse

Renard Blanc est en grande forme en 2020. Après avoir fait paraître le très appréciable Combustion en août, voici que le groupe est déjà de retour avec Abysse. Le stoner rock du désert californien est à l’honneur sur Fantôme qui nous rappelle les débuts de Queens of the Stone Age et surtout Kyuss. C’est du très beau travail où les riffs de guitares sont à l’honneur. Leur proposition sort des sentiers battus du rock québécois. C’est un peu dans le même monde sonore que Fuudge, mais avec plus le côté « écrasé » du stoner.

Hua Li — Yellow Crane

Hua Li est de retour avec un EP et cette fois-ci elle chante l’amour à l’endroit qui a vu naître ses ancêtres : Wuhan en Chine. Est-ce par volonté de rétablir les lettres de noblesse de cette région qui a été ternie par les événements des derniers mois? Peut-être. Et ça fonctionne! Sous les mots de Hua Li, on a envie de s’y transporter pour aller voir cette fameuse tour qui se nomme Yellow Crane et découvrir sa scène indie-rock bien active. En attendant, on peut voyager à travers les 4 pièces de cet EP.

Pages 1 | 2

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.