Chroniques

Les EP à LP d’octobre 2019

On est toujours dans le tourbillon des sorties automnales et de nombreux EP retiennent notre attention. On y retrouve beaucoup de jeunes artistes ce mois-ci.

Michaëlle Richer — Fâcheuse tendance

Michaëlle Richer lance son premier EP. La jeune femme qui arrive avec un folk rock qui peut se comparer par moment à Mélanie Venditti pour le chant, mais musicalement on est ailleurs. Elle porte en elle un côté irrévérencieux qui est bien intéressant. Michaëlle Richer arrive sans s’excuser avec ses gros sabots et une absence de pudeur. Ses confessions, même si elles sont faites parfois d’un ton qui semble léger, sont porteurs d’une authenticité lourde.

Karen Pinette-Fontaine — Mini EP

Karen Pinette-Fontaine fait partie des artistes qui participaient à l’aventure Nikamu Mamuitun. Voici que la jeune femme nous présente un mini EP de trois chansons. C’est une belle introduction dans son univers. On y retrouve deux chansons en français et une en innu. C’est doublement touchant puisque Karen Pinette-Fontaine a été obligée d’apprendre l’innu, car elle ne connaissait pas la langue de ses aïeuls. Comme beaucoup de jeunes amérindiens. Simplement de l’entendre chanter Tshukain, c’est en soi un moment touchant.

Valse Fréquence — Ci-haut, ci-bas

La formation Valse Fréquence qu’on avait vu pour la première fois aux Francouvertes en 2018 lance un nouvel EP. On sent que le groupe a fait du chemin. Le son qu’ils nous proposent ici est plus travaillé et ose aller un peu plus loin dans la proposition. Ton corps en dérive et Mais encore proposent de nouvelles facettes intéressantes pour Valse Fréquence.

The Constant Supervision — Melting Like Tigers

The Constant Supervision ne réinvente pas la roue, mais fait très bien ce qu’ils font. Du bon vieux rock un peu groovy qui donne envie de se déboucher une petite bière, taper du pied et passer du bon temps avec les amis. Melting Like Tigers est une collection de chansons bien intéressantes avec de bons riffs, des textes intelligents et une bonne dose de rock qui fait du bien. Le genre d’album qui fait du bien un vendredi soir après une grosse semaine de travail. C’est un groupe à surveiller.

Squerl Noir — Dérives

Squerl Noir arrive avec son premier EP, Dérives. Très actif sur la scène ottavienne, voici qu’il décide d’aller jouer sur d’autres scènes. Dérives est intéressant dans la mesure où Squerl Noir amène une approche très européenne du rap. Il y a du bon, comme la pièce qui ouvre l’EP, Solstices qui a une bonne trame de fond et des paroles intéressantes. Ce n’est pas le cas sur toutes les pièces qui manquent parfois un peu de profondeur ou de livraison, mais pour un premier EP, c’est très bien.

Pages 1 | 2

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.