Chroniques

Les EP à LP de décembre 2020

Sandveiss — Sandveiss Bloody Sandveiss

Le groupe de stoner rock québécois Sandveiss a décidé de faire un EP complet de reprises de Black Sabbath. On y retrouve Hole in the Sky, Children of the Grave, Black Sabbath et Sabbath Bloody Sabbath. Ce sont des reprises très fidèles aux originales. Par contre, sur la chanson Black Sabbath, le groupe essaie des arrangements légèrement différents de l’originale.

James Blake — Covers

Pendant le confinement, James Blake a fait de nombreuses reprises à la suite de nombreuses demandes des fans. Il a décidé d’en regrouper 6 dans le même EP pour célébrer la fin de l’année 2020. On y retrouve notamment When the Party’s Over de Billie Eilish, Godspeed de Frank Ocean ainsi que la chanson écrite par Ewan MacColl et popularisée par Roberta Flack, The First Time Ever That I Saw Your Face. Préparez-vous à des reprises intimes au piano!

Lanterns on the Lake — The Realist

Le groupe Lanterns on the Lake avait déjà une grosse année. Son album Spook the Herd s’est retrouvé en nomination pour le prestigieux prix Mercury. Voilà que le groupe nous présente le 18 décembre prochain un EP de 5 pièces pour boucler la boucle d’une année 2020 bien remplie pour eux. On y retrouve une continuité de l’album : du bon indie-rock mélodieux et bien arrangé.

Dear-God — 1-844-4Dear-God

Dear-God nous présente son premier EP et ça rentre au poste. Il mélange habilement rap avec punk et rock. Oubliez les trucs un peu louches du genre. L’Ontarien trouve le moyen d’utiliser avec goût des sonorités nü métal pour en faire un genre qui flirte avec le punk hardcore, l’industriel, le stoner rock, mais toujours avec goût et raffinement. C’est frais, surprenant et ça sort des cadres convenus.

Sérion — Jamais la jungle à jeun

Le groupe Sérion fait de la musique avec des petits côtés psychédéliques qui, comme leur pochette, semble indiquer que le champignon est un légume qui fait partie de leur diète. On retrouve sur ce nouvel EP trois chansons qui flirtent avec le prog, notamment sur l’impressionnante Milieu, pièce qui dure un bon 18 minutes. On y trouve de très bons flashs. Même s’il reste du peaufinage à faire, le groupe tient quelque chose.

Pages 1 | 2