WhoMadeWho - Dreams - Le Canal Auditif

WhoMadeWho – Dreams

2014-02-24-32541En 2005, lorsque le groupe danois WhoMadeWho a lancé son album homonyme, la vie a complètement changé pour eux. Encensé par la critique, le trio a ouvert pour des gros noms tels que Daft Punk, LCD Soundsytem, Justice, Hot Chip et s’est même retrouvé comme tête d’affiche du festival Benicàssim en 2007 (un délai ayant empêché le groupe Klaxons d’y arriver à temps). Le groupe danois a pris la relève et a enflammé l’auditoire avec son dance-punk inventif et accrocheur.

Le trio formé de Jeppe Kjellberg (guitare), Tomas Barfod (batterie) et Tomas Høffding (voix et basse), comme le mentionnait un peu plus tôt cette année La Brute du Rock (voir le lien en bas de page), est munie d’une mécanique bien huilée. WhoMadeWho maîtrise la mélodie avec une habileté surprenante. Voilà que le groupe arrive avec Dreams; un opus qui s’inscrit pile-poil dans une époque où les synthétiseurs et autres boîtes à rythmes prennent sérieusement l’avant-plan. Plutôt que de se battre contre cette tendance, les Danois ont préféré l’adopter et l’adapter à leur musique.

Dreams pourrait assez bien se résumer dans les quatre minutes quarante-sept de leur pièce-titre qui ouvre l’album. Tout est là, une mélodie contagieuse, une section rythmique dansante et un Høffding qui se promène dans son registre vocal avec aisance, passant des graves aux aigus suavement… mais surtout, au travers cette pièce bien ficelée, le chanteur y va de ces paroles lors du refrain: «Nothing is sacred/We just take what we can and run/Dancing in the sun». Voilà, rien n’est sacré, pas même leur dance punk qui se modifie pour s’adapter à la tendance actuelle.

Dreams est moins dansant que les albums précédents, moins tourné vers les répétitions qui poussent vers la transe. On y trouve plutôt une pop intelligente et construite avec brio qui fera l’envie de bien des groupes qui n’ont malheureusement pas les habiletés mélodiques du trio danois. Right Track et Heads Above sont de très beaux exemples. Même si la guitare se fait légèrement plus discrète sur ce nouvel album, on retrouve tout de même d’excellents riffs, particulièrement sur The Morning et Another Day, qui vous donneront envie de danser comme un mononcle chaud dans une discothèque.

Le seul endroit où on sent que WhoMadeWho nous laisse un peu à nous-mêmes est lors des trois pièces qui clôturent ce Dream: Hiding in Darkness, Your Better Self et United; trois pièces moins entraînantes et plus introspectives. Ce n’est pas mauvais en soi, mais avec les sonorités synth-pop, ça devient un peu moins digestible. Ceci dit, le trio s’arrange tout de même pour nous offrir des univers intelligents, mais la noirceur leur va définitivement moins bien.

Ce cinquième album du groupe danois ne laisse pas sur sa faim et bien que certains fans de la première heure seront déçus du tournant que WhoMadeWho a pris sur Dreams. La plupart des fervents retrouveront suffisamment de positif et de mélodies accrocheuses pour être rassasiés. D’un autre côté, Dreams est une excellente introduction au groupe pour ceux qui affectionnent les synthétiseurs et autres claviers eighties de ce monde.

Ma note : 7.5/10

WhoMadeWho
Dreams
Darup Associates
48 minutes

www.whomadewho.dk/#bandbio

lecanalauditif.ca/whomadewho-un-secret-trop-bien-garde/

Exprimez-vous!

*