Weezer - Everything Will Be Alright In The End - Le Canal Auditif

Weezer – Everything Will Be Alright In The End

dd1bce56Weezer est le genre de groupe qui a le don d’être frustrant. De penser que le même groupe a écrit et composé le classique Undone (The Sweater Song), l’excellente Hash Pipe et l’imbuvable Beverly Hills… ça semble complètement absurde. Rivers Cuomo est véritablement capable du meilleur et du pire. À chaque nouvelle sortie, le fanatique peut se demander si ce sera Dr Jeckyll ou Mr Hyde qui fera son apparition.

Sur Everything Will Be Alright In The End, le neuvième album studio de la formation, on retrouve un peu des deux personnages. Ain’t Got Nobody qui ouvre la galette nous fait rêver. On retrouve la lourdeur guitaristique de Hash Pipe avec des accords barrés, mais franchement efficaces et légèrement dissonants, présentant une mélodie accrocheuse et des arrangements savamment tissés. La suivante est l’ennuyeux simple Back To The Shack qui est aussi fade que des biscuits soda non salés. Ironie, Cuomo chante la nostalgie des premières années de la formation… et l’envie de lui crier nous prend: «Arrête de faire de la musique pour CKOI man!!!».

Parmi les mauvais coups, on note Eulogy For A Rock Band qui pique une belle progression d’accords à Mr Brightside des Killers, qui eux-mêmes ont souvent été accusés de plagiat. Bref, tant qu’à piller des idées à un groupe aussi soporifique que les Killers, la bande à Cuomo pourrait lorgner vers Fugazi par exemple… ou encore NOFX… En général, ce qui est moins appréciable de ce disque est l’impression qu’on a droit à une version totalement diluée de Weezer. I’ve Had It Up To Here contient une mélodie typique du groupe pendant le refrain, mais sans l’élan qui faisait d’eux un groupe de power-pop intéressant. Trop souvent les mélodies sont faciles, voir idiotes et cela mine le plaisir.

Certaines pièces se démarquent de l’ensemble. Da Vinci fait bande à part avec un air plus intéressant, même si la structure reste trop sage. Foolish Father offre quelques bons moments plus rock alors que les trois dernières pièces I. The Wasteland, II. Anonymus et III. Return To Ithaka sont trois ovnis inattendus qui ressortent par leur qualité de composition et le son riche des guitares.

Bref, Everything Will Be Alright In The End, sans être le pire album que Weezer ait fait paraître, n’est tout de même pas un des grands crus de la formation. Honnêtement, à moins que vous soyez vendu au groupe, vous préférerez passer à autre chose rapidement ou bien vous replonger dans les albums des débuts.

Ma note: 5/10

Weezer
Everything Will Be Alright In The End
Warner Music
43 minutes

www.weezer.com/

Exprimez-vous!

*