Ty Segall - Emotional Mugger - Le Canal Auditif

Ty Segall – Emotional Mugger

Ty SegallLe toujours aussi prolifique Ty Segall commence l’année 2016 en force avec la sortie de son 8e album. Oui, oui, son 8e album solo. Alors que certains artistes ne réussissent même pas à faire ça au courant d’une carrière, le Californien n’a même pas encore frappé 30 ans. Le précédent album de Segall, l’excellent Manipulator nous offrait un rock garage un peu plus accessible. Cette fois-ci, Emotional Mugger nous plonge dans un monde psychédélique et de rock garage lourd.

Ty Segall fait plusieurs expériences sur ce nouvel album, testant des effets de claviers, des effets vocaux, des riffs plus lourds et des saturations sonores bruyantes. Ça ne veut pas dire qu’il abandonne la mélodie accrocheuse pour autant. Ses airs restent dans le même spectre que les albums précédents. Par contre, toutes ces expériences donnent des pièces dotées d’une personnalité forte et unique à chaque coup. Segall nous offre onze entités bien distinctes.

Vocalement, les essais sont très marquants. Sur Squeeler, il nous envoie des passages qui rappellent Marilyn Manson à ses débuts. Il nous offre aussi à l’opposé, Diversion, avec une mélodie haute perchée, nasillarde qui compte sur des riffs qui rappellent un peu les pièces psychédéliques des Beatles, mais en beaucoup plus lourd. Mandy Cream opte pour une voix encore une fois marquante qui rappelle Robert Plant dans les belles années de Led Zeppelin.

Musicalement, c’est aussi très intéressant. Baby Big Man (I Want A Mommy) nous offre un riff crotté, avec un fuzz généreux et criard appuyé d’une basse au son particulier. Cette dernière ne donne autre choix à l’oreille que de la suivre et elle vous prend par la main pour vous attirer dans cette pièce psychédélique/onirique. Autre moment de rock accrocheur, le simple Candy Sam qui s’avère être la chanson du vidéoclip qui était offert depuis la mi-décembre sur la page de Ty Segall. Un gros riff méchant, des solos de guitare nerveux et grinçants, une mélodie vocale simple, mais efficace et entraînante, on retrouve tout ce qui fait de Ty Segall un bel ovni rock dans la communauté musicale.

Emotionnal Mugger est moins accompli que Manipulator, mais Ty Segall compense avec de la bizarrerie et de la marginalité bien travaillée. Le Californien nous offre un autre album qui mérite votre attention. Ouvrez vos esprits et préparez-vous à expérimenter.

Ma note: 8/10

Ty Segall
Emotionnal Mugger
Drag City
38 minutes

http://emotionalmugger.com/

Exprimez-vous!

*