The Raveonettes - PE'AHI - Le Canal Auditif

The Raveonettes – PE’AHI

artworks-000082819210-1rjn4x-t500x500Mine de rien le duo danois rock nommé The Raveonettes a accumulé près de treize ans d’existence au compteur. Pour un groupe offrant sensiblement la même recette sonore regroupant mélodies sucrées issues des sixties, guitares salopées velvetiennes parfois très frères Reid (Jesus And Mary Chain), incluant larsens et autres babioles sonores éculées, on peut affirmer sans gêne que la durabilité du tandem repose surtout sur cette capacité à fédérer son public grâce à un songwrting de qualité. Sune Rose Wagner (guitare/chant) et Sharin Foo (base/chant) sont de retour aujourd’hui avec un album-surprise titré PE’AHI.

On avait bien en main le lien Soundcloud «secret» et nous avions reçu la directive de ne rien divulguer ni publier avant aujourd’hui. Nous avons respecté à la lettre la consigne et il nous fait plaisir de vous annoncer que cette énième parution des Raveonettes constitue leur meilleure offrande depuis le jouissif brûlot Whip It On ainsi que le deuxième effort titré Chain Gang Of Love.

Plus dynamique, plus énergique, plus rock, plus bruyant et paradoxalement plus orchestrée, ce PE’AHI fut concocté par deux musiciens définitivement plus inspirés qu’à l’accoutumée (quoique les Raveonettes sont rarement exécrables) et nous balancent dans les conduits auditifs de superbes ritournelles rock shoegaziennes. La réalisation est resplendissante, les guitares explosant de belle façon dans les enceintes acoustiques. Bref, c’est de la très belle besogne!

Les Raveonettes se permettent même quelques incursions dans des atmosphères sonores plus orchestrales, qui sans être une réinvention complète de ce que la paire nous prodigue depuis leurs débuts, apportent un agréable vent de fraîcheur à ce style musical qui a régulièrement tendance à faire du surplace. On fait allusion à la frémissante Wake Me Up sur laquelle on entend une mixture incorporant, en plus des habituelles guitares cristallines, un piano dramatique ainsi que des claviers/cordes accentuant le penchant bouleversant de cette chanson.

Les amoureux de la formation seront loin d’être dépaysés à l’écoute de cette production, car ils retrouveront tous les ingrédients qui ont fait la bonne réputation des Raveonettes, mais avec un franc dynamisme renouvelé. L’album regorge d’une panoplie de morceaux d’une efficacité redoutable: l’opérante rythmique soulevant Endless Sleeper, la déflagrante Sisters, la cadencée Killer In The Streets, la superbe (mentionnée précédemment) Wake Me Up, la mélancolique The Rains Of May, la guitare à la My Bloody Valentine et le clavier glauque enfiévrant Kill! ainsi que le refrain accrocheur dominant la conclusive Summer Ends. En contrepartie, on n’aurait pu se passer de «l’autopastiche» (mélodiquement parlant) When Night Is Almost Done.

Après de nombreuses années à fomenter ce shoegaze mélodique, mais quelque peu redondant, Wagner et Foo nous font une bien belle surprise avec l’apparition inattendue de ce PE’AHI; une collection de chansons de premier ordre. Ne boudez pas votre plaisir mes belles corneilles adorées, vous allez être comblés. Une agréable surprise musicale!

Ma note: 7,5/10

The Raveonettes
PE’AHI
Beat Dies Records/The Orchard
36 minutes

www.theraveonettes.com

Exprimez-vous!

*