The Brian Jonestown Massacre - Musique de film imaginé - Le Canal Auditif

The Brian Jonestown Massacre – Musique de film imaginé

The Brian Jonestown MassacreAnton Newcombe, en plus d’être un créateur psychédélique de génie, est un infatigable travailleur. La preuve? Pas plus tard qu’au printemps 2014, l’artiste nous gratifiait d’une autre excellente galette: Revelation. Oui, le bonhomme est sur une bonne lancée. Cette fois-ci, Newcombe devait travailler en compagnie du réalisateur Phil John (Downton Abbey) afin de créer une musique pour un prochain projet, mais le film a été repoussé. Ceux qui connaissent le personnage savent qu’il n’est pas le genre à se tourner les pouces.

Il est donc de retour sous l’appellation The Brian Jonestown Massacre avec une trame sonore quasi instrumentale rendant hommage aux grands cinéastes de la Nouvelle Vague française (Truffaut, Chabrol, Goddard, Rohmer). Ça s’intitule Musique de film imaginé, en français par-dessus le marché! S’inspirant du romantisme et de l’esprit se dégageant de ces classiques cinématographiques, Newcombe catapulte un disque remarquable, rien de moins!

L’éventail psychédélique laissé en plan, le maître d’œuvre y va de quatorze créations majestueuses d’une beauté mélancolique. Juste assez sophistiqué, un brin mégalomane, conservant un petit penchant tressautant, Newcombe ne dépasse jamais les bornes laissant la musique faire son travail. D’une haute qualité symphonique, ça ne tombe jamais dans une grandiloquence abjecte. Un homme de goût, ce Anton Newcombe.

Du début à la fin, malgré l’ascendant orchestral mis à l’avant-plan, on est plongé dans la foisonnante tête de Newcombe et naturellement, un film fait irruption dans notre cerveau; un disque qui raconte une histoire. Ce genre de conception sonore, dans un monde basé sur le «droit au but» à tout prix, constitue une magnifique anomalie. Oui, on vous le confirme (si vous ne le saviez pas déjà), Anton Newcombe est un créateur de génie… un fou, mais un génie quand même.

Parmi les mouvements que propose The Brian Jonestown Massacre, on a été subjugué par la reprise d’un morceau du compositeur et chanteur français William Sheller titré Philadelphia Story sur lequel la chanteuse Soko se prend éloquemment pour Françoise Hardy. On a été ému aux larmes par la magnifique/dramatique L’Enfer (une cathartique œuvre symphonique totalement grandiose) et on a apprécié l’intervention de l’actrice Asia Argento sur Le Sacre du Printemps qui vient donner un second souffle à cette Musique de film imaginé.

Oui, ce disque nous a carrément soufflés; preuve qu’on devra classer ce disque parmi les meilleures parutions de l’année en cours. Vous voyez la note octroyée en bas de texte? Dites-vous bien qu’elle pourrait être bonifiée ultérieurement… mais on va se garder une petite gêne, l’année musicale est encore jeune. On vous conseille fortement de tendre l’oreille à cette Musique de film imaginé.

Ma note: 8/10

The Brian Jonestown Massacre
Musique de film imaginé
A Records
40 minutes

http://thebrianjonestownmassacre.com

Exprimez-vous!

*