Pere Ubu - Lady From Shanghai - Le Canal Auditif

Pere Ubu – Lady From Shanghai

120107_ubuLa formation de art-rock innovatrice, formée en 1975 à Cleveland en Ohio, nommée Pere Ubu lançait la semaine dernière son quinzième album studio titré Lady From Shanghai. Figure majeure et singulière de la vague new-wave, la bande, du toujours aussi corpulent David Thomas (seul membre permanent du groupe), y va d’un effort respectant à la perfection la direction artistique que Pere Ubu a toujours préconisé. Concernant cette offrande, David Thomas mentionnait que son intention était de créer un disque dansant tout en ne dénaturant outre mesure l’inimitable signature musicale du groupe. Bien important de mentionner les règles qui régissent la méthode de travail du groupe américain :

– ne jamais faire d’audition
– ne pas rechercher le succès
– choisir la personne et la première idée venue

Sachant cela, vous serez plus en mesure d’apprécier (ou d’ignorer) les qualités musicales de cette indispensable formation.

D’entrée de jeu, ce Lady From Shanghai ne détonne pas dans la foisonnante discographie de Pere Ubu. Un peu moins rock, des accents électros, minimaliste, répétitif musicalement et littérairement parlant, ces éléments juxtaposés à quelques dissonances et aux étranges mélodies concoctées par Thomas, permettent à ce disque de s’installer confortablement dans les balises de ce que ces vétérans ont l’habitude d’offrir.

Ce disque constitue un voyage musical absorbant, exigeant, parfois insoutenable et dérangeant, intense, qui ne possède pas l’impact d’antan, mais qui demeure somme toute anticonformiste et d’une véridicité sans équivoque. Une conception sonore qui parfois, provoque un certain malaise; mais c’est ce qu’on attend de ces avant-gardistes. La recette musicale de Pere Ubu n’a pas changé d’un iota mais ne souffre point d’un signe quelconque de vieillissement; et de la part d’une formation existant depuis trente-sept ans, cela représente un exploit digne de mention!

Parmi les morceaux valables, nous avons noté Thanks (un clin d’œil à Ring My Bell de la «disco queen» Anita Ward), la dissonante Free White, l’électro mécanique intitulé Feuksley Ma’am, The Hearing et les rock And Then Nothing Happened de même que Musicians Are Scum. Par la suite, Pere Ubu emprunte une tangente résolument expérimentale. Parmi les plus abouties, nous avons relevé Another One (Oh Maybellene), 414 Seconds et The Carpenter Sun; expérimentation que n’aurait pas renier ce bon vieux Scott Walker!

Le mélomane peu familier à l’univers sonore de David Thomas (bientôt 60 ans) pourrait croire que la musique de Pere Ubu est inabordable et élitiste; et il n’aurait pas tout à fait tort. Sauf que David Thomas est un précurseur et un défricheur monumental. Quand on connaît, un tant soit peu l’œuvre de Pere Ubu, Lady From Shanghai ne constitue pas une grande surprise… la suite logique pour un groupe qui a passé sa vie à pousser la musique dans ses derniers retranchements. Respect!

Ma note : 7/10

Pere Ubu
Lady From Shanghai
Fire Records
51 minutes

ubuprojex.net/

Exprimez-vous!

*