The Brian Jonestown Massacre - Aufheben - Le Canal Auditif

The Brian Jonestown Massacre – Aufheben

Hier matin, je me suis procuré avec empressement le plus récent opus de Brian Jonestown Massacre nommé Aufheben. The Brian Jonestown Massacre constitue un projet quasi solo dirigé par Anton Newcombe; ce musicien capable de jouer au-delà de quatre-vingt instruments et dont la personnalité inquiétante et ingérable fait office de légende dans le merveilleux monde du rock. Concerts chaotiques, colères démentielles, consommations excessives de drogues dures, vous pouvez observer Newcombe à l’oeuvre dans l’un des meilleurs documentaires musicaux paru à ce jour intitulé Dig.

À travers toute cette démesure réside malgré tout un musicien à la créativité exacerbée et à l’intégrité artistique irréprochable. Voilà que Newcombe nous offre sa treizième offrande en treize ans. Productif, vous dites? En effet, une assiduité exemplaire, qui parfois, a mis en lumière une œuvre souvent inégale mais toujours pertinente. Sur Aufheben, Anton Newcombe nous présente le meilleur de lui-même. Un heureux mélange de folk lysergique, de rock psychédélique, ornementé de flûte traversière, de rythmes bondissants, aux influences synth pop issues des eighties.

Un disque qui s’écoute d’une seule traite, tant l’esprit euphorique, aux vertus narcotiques et à l’atmosphère oriental, est omniprésent. Pas nécessairement de nombreux morceaux mémorables, mais quelques-uns ont retenu mon attention; Panic In Babylon, la folk orchestrale I Wanna Hold Your Other Hand, la très Love And Rockets titrée Stairway To The Best Party et le clin d’œil à New Order qui conclut superbement l’album, Blue Order New Monday. Finalement, Newcombe ne semble pas si misérable et si givré qu’il le laisse transparaître. Il nous le prouve, encore une fois, sur ce Aufheben.

Là où les Dandy Warhols ont lamentablement échoué, The Brian Jonestown Massacre réussit admirablement, et ce, de création en création, à construire une œuvre qui passera, à mon humble avis, l’épreuve du temps. Oui, il faut l’avouer, Anton Newcombe se hisse lentement mais sûrement parmi les songwriters les plus importants et significatifs du rock américain. Si vous aimez cette mixture entre le Velvet Underground, les Rolling Stones, les Jesus And Mary Chain et New Order, vous saurez apprécier cet opus. On s’en roule un p’tit?

Ma note : 7,5/10

The Brian Jonestown Massacre
Aufheben
51 minutes
A Records

www.brianjonestownmassacre.com/

Exprimez-vous!

*