OBN III's - Third Time To Harm - Le Canal Auditif

OBN III’s – Third Time To Harm

a2732947522_10OBN III’s ou Orville Bateman Neeley III (si vous préférez) est un quintette rock mené rondement par l’homme mentionné précédemment. Originaire d’Austin, Texas, OBN III’s offre un alliage vitaminé de protopunk à la MC5/Stooges, de hard rock à la AC/DC détenant de minuscules soupçons de mysticisme à la Sabbath/Blue Öyster Cult. Comme vous pouvez le constater, les garçons se sont trempé allègrement les oreilles dans le rock des années 70/80. Bref, ce Third Time To Harm, troisième album de la formation, est à classer dans la section «gros rock vintage».

Ce qui aurait pu constituer un exercice de style visant à moderniser maladroitement un genre musical passablement éculé, voilà que OBN III’S catapulte un merveilleux petit brûlot de rock n’roll millésimé qui n’a rien à envier aux vieilles pointures énumérées auparavant. Ces cinq jeunes rockers en connaissent pas mal sur l’art d’écrire une bonne chanson rock, garrochant (un merci tout spécial à Jean-Simon Fabien) dans la boue une litanie de bons riffs. Ça rock, ça suinte, c’est joué la pédale au plancher, même si les ascendants musicaux sont manifestes, la bande à Bateman Neeley III a manifestement bien digéré ces influences afin de créer une musique de prolétaire de haut niveau.

Est-ce que la démarche se veut un tantinet nostalgique? Sans aucun doute, mais les chansons sont au rendez-vous et l’énergie juvénile/décadente est indéniable. OBN III’s fait une synthèse de l’histoire du rock de jobbeur avec panache et fait honneur à ces artistes qui ont fait «headbanger» et «slammer» toutes ces vieilles moppes, incluant votre humble et dévoué scribe!

En ce qui concerne la réalisation, elle est tout simplement sans bavure. Le son est clair et limpide, sans boursouflure futile, ce qui confère à ce Third Time To Harm une force de frappe sonore incontestable. Rien de superflu, aucune fioriture sonore inutile, juste une bande de mecs qui exécute son rock ‘n roll avec une ferveur inégalée. Ça ne sert à rien ici de tergiverser en présentant une analyse approfondie de ce disque, car voilà une horde qui fait fit du blabla intellectualisant, prodiguant un album destiné aux amateurs de rock qui ont simplement envie de passer un bon moment sans se casser la tête. Parfois, ça fait le plus grand bien!!!

Aucun morceau faiblard, juste du maudit bon stock: la très MC5 titrée No Time For The Blues, The Rockin Spins qui fait penser un peu aux New York Dolls, la punkisante (détenant quelques effluves sonores à la Van Halen ancienne mouture) nommée Uncle Powderbag, la sabathienne (du moins dans sa structure) Queen Glom, la très Blue Öyster Cult intitulée Beg To Christ, l’épique Brothers, la stonienne Parasites ainsi que l’empreinte de Mötorhead sur Worries… voilà le menu bourratif présenté sur cet excellent Third Time To Harm.

Peu subtil, aucun raffinement, un chanteur charismatique/excitant, un rock totalement vintage, mais diablement efficace, ce Third Time To Harm est une totale réussite qui ralliera autant les vétérans que les jeunes mélomanes en manque de bon vieux rock ‘n roll qui va droit au but. Une fort agréable surprise!

Ma note: 8/10

OBN III’s
Third Time To Harm
Tic Tac Totally Records
37 minutes

theobniiis.bandcamp.com

Exprimez-vous!

*