Mauves - Coco - Le Canal Auditif

Mauves – Coco

MauvesLes membres du quatuor Mauves ont fait bien des choses dans les deux dernières années et on ne s’attendait pas à revoir la formation de Québec de sitôt. Alors qu’Alexandre Martel a aussi surfé sur la vague Anatole, son frère Cédric jouait de la basse pour Tire Le Coyote, Charles Blondeau accompagnait une panoplie d’artistes à la batterie et Julien Déry accouchait du projet Notre Père. Bref, tout ce beau monde a été occupé.

On retrouve Mauves là où nous les avions laissés sur Le Faux du soir avec ses trames léchées, un peu réverbérées, aux mélodies somme toute bien efficace. Coco est moins sombre que le précédent et c’est en partie grâce aux airs plus légers que le groupe nous envoie. Le quatuor a aussi fait appel à Emmanuel Éthier à la réalisation. Un choix tout à fait pertinent.

Parmi les bons coups, la vaporeuse Longtemps avec son refrain qui reste pris dans les neurones et son dynamisme contagieux fait belle figure. Parc du Portugal qui parle de relation non affirmée est particulièrement réussie. On se retrouve devant une trame entraînante, le tout plongé dans un «reverb» généreux et un saxophone qui prend toute la place qui lui revient. Ça fonctionne très bien. Nouvelle-Calédonie a été écrite par Anatole, mais son appropriation est parfaitement orchestrée. Malgré les thèmes sexuels et axés sur la perdition, on y retrouve une sorte de complainte qui est plus propre à Mauves qu’à l’autre groupe d’Alexandre Martel.

Certaines pièces nous rappellent qu’Emmanuel Éthier n’est pas loin dans le décor. Eh fille avec ses sonorités plus crasses évoquent Chocolat, formation du réalisateur. C’est étranger au son de Mauves et ça fonctionne à merveille. On remarque le même penchant plus rock sur J’ai tout essayé qui ouvre la galette. Martel se prête bien à ce genre de rythme avec sa voix légèrement plaignarde et puissante.

Coco vaut le détour. Mauves offre un indie-rock qui flirte avec le prog-rock, l’électro-rock et la pop. Ils continuent de nous offrir des chansons de qualité. On y retrouve une approche plus dynamique et légère que sur Le faux du soir.

Ma note: 7/10

Mauves
Coco
Coyote Records
35 minutes

https://www.facebook.com/lesMauves

Exprimez-vous!

*