Critiques

Mariachi El Bronx

III

  • ATO Records
  • 2014
  • 38 minutes
6

XNCD08Lorsque la formation punk The Bronx avait annoncé en 2008 que leur prochain album en serait un de mariachi bien des gens étaient sceptiques. Le résultat, paru en 2009, les a confondus. Les rythmes «caliente» de la formation punk laissaient de côté toute agression pour laisser toute la place au soleil, aux margaritas et aux chants qui pleurent les frères qui sont «en dedans». Le groupe a même tourné avec les costumes, chantant ses sérénades aux différents publics de punks émotifs. Le groupe y a tellement pris goût qu’on en est maintenant au troisième effort de la bande… qui a réussi en plus à faire paraître l’album IV sous le nom The Bronx.

Quoi dire de cette troisième galette? Déjà avec le deuxième volume, la recette s’essoufflait. Est-ce que les punks réussissent à redresser la barre? En partie, car ce qui marquait sur le deuxième opus est l’absence de rythme à tout casser que l’on trouvait sur son prédécesseur. Cette fois-ci, les punks réussissent à créer des remous, mais le groupe arrive avec Raise The Dead; septième piste sur III. Pourtant des pièces comme New Beat démontrent la capacité du groupe d’y aller avec efficacité malgré un rythme plus posé. Le problème est qu’au fur et à mesure que l’on poursuit notre chemin sur l’album, on a l’impression que Mariachi El Bronx est léthargique.

Les dernières pièces nous rappellent que la formation est justement là pour nous faire bouger le «Kim Kardashian». Everything Twice avec son accordéon hyperactif et sa mélodie accrocheuse fera taper du pied à tout coup, mais ça ne fait pas oublier cette perception de surplace… bien que l’album est magnifiquement réalisé. Le groupe semble tout simplement prisonnier de sa recette.

Certains morceaux laissent entrevoir que le groupe commence à rechercher des façons de «jazzer» leur mariachi. Right Between The Eyes penche vers l’esthétique sonore sitedemo.caiguée dans les films de Sergio Leone. Autre exemple? Stick & Stones démarre sur une entrée en matière électronique plutôt réussie avant de renouer avec le son des cuivres.

Espérons que The Bronx saura se réinventer s’il décide de garder en vie Mariachi El Bronx en vie, car la formule finit par stagner. Vous me direz qu’il y a de l’immobilisme plus déplaisant que d’autre, je vous répondrai que vous avez raison… mais ça mine tout de même le plaisir. Espérons que le combo passera par ici pour présenter les pièces de III parce que ça risque d’être assez épique scéniquement parlant. Sortez vos sombreros et votre mix à margaritas!

Ma note: 6/10

Mariachi El Bronx
III
ATO Records
38 minutes

www.mariachielbronx.com/


 

Exprimez-vous!