Critiques

Blood And Glass

Museum With No Walls

  • Bonsound
  • 2014
  • 52 minutes
7

a0463954864_10Pendant que Creature attendait après sa compagnie de disque pour faire paraître un nouvel album, Lisa Moore a commencé à écrire les pièces qui se retrouveraient sur Museum With No Walls: «Je me suis sentie emprisonné… et j’ai écrit cette chanson inspirée de The Shining de Stanley Kubrick, dans laquelle je suis enfermée dans un hôtel avec des murs capitonnés. À force de tourner en rond, je vois un corridor avec des nuages, je me mets à courir et je me réveille alors que j’arrive dans un musée sans murs». Ce petit passage d’entrevue réalisé par Ariane Gruet-Pelchat résume parfaitement l’univers de Blood And Glass.

Lisa Moore n’est pas seule pour autant dans cette aventure. Elle est rejointe par son mari, Morgan Moore (Thus:Owl et Forêt), Robbie Kuster (Patrick Watson), Simon Angell (Thus:Owl) et Mélanie Bélair. Voilà qu’arrive le premier album en bonne et due forme titré Museum With No Walls. Un disque qui se tiraille entre la noirceur et l’étrange musicalement, mais qui trouve toujours une source de lumière dans la voix de Moore qui, même lorsqu’elle se fait plus feutrée, ne peut complètement en cacher la chaleur.

L’interprétation des pièces de Blood And Glass est théâtrale. La pièce qui ouvre la galette intitulée Once Upon A Time l’affirme sans détour. De plus, sur cette sitedemo.cauction, la poésie règne: «The girl crumbled up her paper heart/And together they learned to play with fire». Moore a toujours eu ce goût pour la poésie et à travers ce projet, elle se permet d’y aller à fond. Elle construit un univers dense qui donne un sens à la musique et à la théâtralité de l’œuvre.

Tout cela ne l’empêche pas d’envoyer quelques bonnes pièces captivantes. Turning Turning propose une mélodie accrocheuse, car la théâtralité de l’album nous offre quand même peu de moments où l’on peut se laisser aller à un air intoxicant. Par contre, on a droit à quelques belles orchestrations, dont sur la sublime Inferno et la rythmée Floating Nora.

Créer un univers aussi glauque qui se tient d’un bout à l’autre n’est pas aisé et Lisa Moore relève le défi haut la main. Celle que l’on connaissait d’abord pour ses performances relevées au sein de Creature nous montre une nouvelle facette bien intéressante.

Ma note: 7/10

Blood And Glass
Museum With No Walls
Bonsound Records
52 minutes

www7.tfo.org/brbr/lunivers-poetique-et-fantastique-de-blood-and-glass/ Ariane Gruet-Pelchat

www.bloodandglass.com/

Exprimez-vous!